Chicago : les agresseurs d'un jeune Blanc inculpés de "crime raciste"

  • A
  • A
Chicago : les agresseurs d'un jeune Blanc inculpés de "crime raciste"
Les suspects ont été identifiés par la police de Chicago et font l'objet de plusieurs chefs d'inculpation, parmi lesquels enlèvement, coups et blessures et crime raciste. @ SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

La vidéo qui circulait sur Internet montrait la victime mains et pieds liés, prostrée dans le coin d'une pièce. Âgés de 18 et 25 ans, les quatre agresseurs ont été identifiés.

Les procureurs de la ville de Chicago ont inculpé jeudi pour "crime raciste" quatre Noirs accusés d'avoir séquestré un jeune homme blanc, une scène qui avait été prise en vidéo et diffusée en direct sur Internet.Sur la vidéo, diffusée sur Facebook Live et qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux, on peut voir les quatre suspects, deux jeunes hommes et deux filles, en train de violenter le jeune homme en criant de manière répétée: "Fuck Donald Trump ! Fuck white people!" ("Nique Donald Trump! Nique les Blancs!").

Cheveux rasés, vêtements découpés. Le jeune homme blanc est filmé prostré dans un coin de la pièce, bâillonné avec du ruban adhésif et qui semble avoir les mains et les pieds attachés. Ses vêtements sont en partie découpés, et une partie de ses cheveux sont coupés voire rasés, et le crâne présente une blessure qui saigne.

Trois des suspects sont âgés de 18 ans et un quatrième de 25 ans. Ils ont été identifiés par la police de Chicago et font l'objet de plusieurs chefs d'inculpation, parmi lesquels enlèvement, coups et blessures et crime raciste.

La victime, handicapée mentale. La victime, présentée par les autorités comme souffrant d'un handicap mental, a été enlevée dans une banlieue de Chicago et conduite dans un quartier du sud-ouest de la ville où elle a été séquestrée entre 24 et 48 heures, a déclaré la police, selon laquelle l'un des suspects avait connu la victime à l'école. La police a indiqué que le jeune homme dont l'identité n'a pas été révélée, était traumatisé et avait du mal à communiquer avec les enquêteurs. Il a quitté l'hôpital où il avait été admis à la suite des faits, ont déclaré les autorités.

Ses parents avaient signalé sa disparition lundi, avant de recevoir des SMS indiquant que leur fils était retenu captif, selon le quotidien Chicago Sun-Times.