Chavez évoque sa succession

  • A
  • A
Chavez évoque sa succession
Hugo Chavez a prononcé un discours plein d'émotion, crucifix à la main.@ REUTERS
Partagez sur :

Le président du Venezuela, qui subit une récidive de son cancer, a fait allusion à son retrait.

Pour la première fois, il a reconnu qu'il ne pourrait peut-être pas revenir au pouvoir. Crucifix à la main, le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé samedi soir qu'il devait se rendre dès dimanche à Cuba en raison d'une nouvelle récidive de son cancer. Réélu haut la main le 7 octobre dernier, il a évoqué un possible retrait du pouvoir et désigné un éventuel successeur.

>> A lire aussi : La tumultueuse vie de Hugo Chavez

nicolas maduro, vice-président venezuela

© REUTERS

C'est son vice-président, Nicolas Maduro, qui serait donc amené à assurer l'intérim de la présidence si Hugo Chavez, 58 ans, au pouvoir depuis 1999, devait être déclaré "inapte". Il pourrait aussi assumer ses fonctions si l'actuel président ne pouvait pas reprendre son poste.

Un discours plein d'émotion

Hugo Chavez a annoncé cette nouvelle lors d'un discours plein d'émotion, diffusé à la radio-télévision. Depuis des semaines, sa disparition de la scène publique alimentait les rumeurs sur son état de santé. Admettant que "des cellules malignes récentes" ont été découvertes lors de récents examens, le président a affirmé : "il est indispensable que je subisse une nouvelle intervention chirurgicale et elle doit avoir lieu dans les prochains jours".

Le discours du président vénézuélien :





Depuis la découverte de son cancer en 2011, c'est la première fois qu'il émet l'hypothèse de ne pas revenir au pouvoir. Son nouveau mandat doit commencer le 10 janvier. S'il se retrouvait dans l'incapacité de commencer son mandat, de nouvelles élections seraient alors convoquées dans les 30 jours. L'intérim serait confié au chef du Parlement.

Consigne claire

En revanche, s'il était capable de prendre ses fonctions mais devait quitter son poste dans les quatre premières années de son mandat, de nouvelles élections seraient également organisées, mais ce serait alors le vice-président qui assurerait l'intérim.

Et dans le cas de nouvelles élections, la consigne donnée aux électeurs est on ne peut plus claire : "vous élirez Maduro président de la République, je vous le demande du fond du cœur".