Cesare Battisti interpellé à la frontière brésilo-bolivienne

  • A
  • A
Cesare Battisti interpellé à la frontière brésilo-bolivienne
@ REGINALDO CASTRO / AFP
Partagez sur :

L'écrivain et ancien militant d'extrême gauche est réclamé par l'Italie après avoir été condamné par contumace à la réclusion à perpétuité pour meurtres à la fin des années 1970.

L'écrivain et ancien militant d'extrême gauche italien Cesare Battisti a été interpellé mercredi dans la ville brésilienne de Corumba, à la frontière bolivienne, ont indiqué les autorités locales. "Pour le moment, nous savons juste qu'il a été interpellé mais n'a pas été écroué", a déclaré une porte-parole de la Police routière fédérale (PRF), sans fournir de précisions. Condamné à la prison à perpétuité par la justice italienne pour des meurtres commis dans les années 70, Cesare Battisti, 62 ans, aurait tenté de traverser la frontière avec une forte somme d'argent en espèces, d'après le journal O Globo.

Condamné par contumace en 1993. "Les autorités brésiliennes pensent qu'il tentait de se réfugier en Bolivie", poursuit le quotidien, affirmant qu'il avait été interpellé en possession de 5.000 dollars et 2.000 euros. Cesare Battisti est réclamé par l'Italie après avoir été condamné en 1993 par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970 - les années de "plomb" du terrorisme -, crimes dont il se dit innocent.

Incarcéré quatre ans au Brésil. Il a vécu dans la clandestinité de 2004 à 2007, date de son arrestation à Rio de Janeiro. Deux ans plus tard, la Cour suprême brésilienne avait autorisé son extradition mais laissé la décision finale au président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva. Au dernier jour de son mandat le 31 décembre 2010, ce dernier avait refusé d'extrader Battisti vers l'Italie, déclenchant la colère de Rome. Incarcéré pendant quatre ans près de Brasilia, il avait été libéré le 9 juin 2011. Selon la presse brésilienne, le gouvernement italien a émis une nouvelle demande d'extradition la semaine dernière, ce qui aurait pu motiver sa tentative de fuite vers la Bolivie.