Ces procureurs qui chargent DSK

  • A
  • A
Ces procureurs qui chargent DSK
@ REUTERS
Partagez sur :

Qui sont les procureurs chargés de prouver la culpabilité de DSK ? Europe1.fr vous les présente.

Le procureur et ses deux adjoints. Un trio de choc qui travaille comme dans les séries américaines à prouver la culpabilité de Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire d'agression sexuelle. Deux hommes et une femme, trois fortes personnalités qui s'activent contre DSK. Qui sont-ils ? Europe1.fr vous en dit plus.

Des moyens immenses à leur disposition

Cyrus Vance Jr, 58 ans, est le procureur du district de Manhattan. Il a été élu à ce poste il y a deux ans. Il est le fils de l'ancien Secrétaire d'Etat (l'équivalent du ministre des Affaires étrangères américain, nldr) de Jimmy Carter. Un homme brillant qui a réussi ses études de droit dans les meilleures universités américaines, Yale et Georgetown.

John A. McConnell est l'assistant du procureur que l'on a pu voir lors de la première audience de Dominique Strauss-Kahn au tribunal. Il s'occupe du volet "procédure". C'est donc lui qui sera à la manoeuvre lors de l'audience devant le "grand jury" d'ici vendredi. Son principal objectif sera alors d'obtenir l'inculpation de DSK. Pour y arriver, il dispose de moyens immenses, comme le Special Victims Bureau qui chapeaute l'unité des crimes sexuels, avec pas moins de 50 enquêteurs sous ses ordres.

Une procédure complexe et une vraie stratégie

Lisa Friel complète cette équipe. Elle travaille depuis 25 ans dans ce bureau des crimes sexuels, dont elle est désormais la chef et la mémoire. Elle est en relation avec les victimes et s'est donc probablement entretenue avec la femme de chambre du Sofitel, ou en tout cas avec les policiers et les assistantes sociales qui l'ont entendue.

Une équipe qui pour le moment garde le silence complet sur l'affaire DSK, de peur que la défense se serve des éléments qu'elle a à sa disposition. En effet, selon la procédure américaine, le procureur peut enquêter autant qu'il veut, avant la comparution devant le "grand jury", pour accumuler le maximum de preuves contre Dominique Strauss-Kahn sans que la défense n'ait accès aux pièces du dossier.