Ces policiers turcs qui ne veulent plus de Chopin

  • A
  • A
Ces policiers turcs qui ne veulent plus de Chopin
@ ADEM ALTAN / AFP
Partagez sur :

Jouée lors des funérailles depuis 1932, la marche de Chopin pourrait être remplacée par un chant traditionnel turc.

C’est un débat qui fait polémique en Turquie. Des policiers turcs ne veulent plus que la marche funèbre de Chopin soit jouée lors des funérailles de ceux tombés pour leur pays. Ils souhaitent que cette sonate pour piano créé en 1837 soit remplacée par le Tekbir, du compositeur ottoman Itrî. Le sujet a fait tellement de bruit que même le grand Mufti, la plus haute autorité religieuse du pays, a pris la parole sur le sujet.

  • Un incident lors de funérailles dans le sud du pays

Début avril, lors des obsèques d’un policier des forces spéciales, mort en service, la marche funèbre de Chopin, jouée par un orchestre, a été interrompue par les collègues du défunt. Ses derniers se sont rués pour porter le cercueil et ont entonné le Tekbir, ce chant religieux à la gloire d’Allah.

Après cet incident, le président de l’association des vétérans de guerre, Lokman Aylar, a annoncé qu’il lançait une campagne pour que le Tekbir d’Itrî remplace l’œuvre de Chopin. "Une marche funèbre étrangère ne convient pas pour nos martyrs", a-t-il estimé.

 "Nous avons nos propres valeurs et notre propre culture"

Depuis, le sujet fait polémique en Turquie. Faut-il remplacer l’œuvre du Polonais Frederic Chopin par un  hymne traditionnel turc ? C’est ce qu’a proposé le grand Mufti, Mehmet Görmez, "après avoir reçu des demandes allant dans ce sens de la part de familles de policiers morts en service", rapporte le quotidien Hurriyet.

"Quand je regarde la situation avec l’œil d’un scientifique, d’un citoyen, d’un membre de la Diyanet (la direction religieuse), jouer ce morceau à la mort d’un martyr n’est pas pertinent", a assuré le religieux. "Nous avons nos propres valeurs et notre propre culture. Le Tekbir d’Itrî est une composition magnifique".

Mais la position du grand mufti ne fait pas l’unanimité. Des musiciens comme le compositeur turc Ahmet Say, estiment que la marche funèbre de Chopin a une dimension internationale qui dépasse la portée du Tekbir. "Cette musique qui évoque et éveille le deuil. Elle est universelle et nous ne devrions pas nous en détacher au profit du Tekbir", a confié le compositeur à Hurriyet.

Des propos partagés par le chef de l’orchestre symphonique de la présidence, Rengim Gökmen, qui souligne, lui aussi, l’aspect universel de cette composition. "Itrî et Chopin sont deux compositeurs merveilleux qui ont chacun contribué à leur manière à l’Histoire de la musique. Beethoven et  bien d’autres compositeurs ont écrit des œuvres qui évoquent le deuil et la mort. Mais seule l’œuvre de Chopin a été universellement reconnue comme telle", a-t-il conclu.