Cendres : encore des perturbations

  • A
  • A
Cendres : encore des perturbations
@ REUTERS
Partagez sur :

A Madère, aux Açores, aux Baléares et en Tunisie, le trafic aérien est touché.

Des nuages de cendres du volcan islandais Eyjafjöll risque de perturber le week-end prolongé de certains.

A Madère, aux Açores et dans les Baléares. Dans la matinée de mercredi, les vols transatlantiques au dessus de Madère et des Açores étaient perturbés a indiqué l'Organisation européenne de la navigation aérienne, Eurocontrol. Les îles des Baléares pourraient aussi être touchées. "Des zones nuageuses à fortes concentration de cendres ont également été localisées en Méditerranée entre l'Espagne et les Baléares et pourraient entraîner des fermetures d'aéroports", précise Eurocontrol. "Les aéroports des Baléares sont toujours ouverts mais opèrent à capacité réduite", indique toutefois l'Organisation.

Ces zones à fortes concentrations de cendres devraient se dissiper durant la journée et le trafic aérien devrait être pratiquement normal, assure Eurocontrol.

En Tunisie. Le ministère tunisien du Transport a indiqué que "des perturbations ont été enregistrées depuis mardi sur les vols au départ des aéroports tunisiens à destination de l'Espagne, du Portugal et de l'Italie en raison du nuage de cendres provenant de l'éruption volcanique". Ces perturbations ont concerné aussi les vols en direction du Maroc, premier pays du Maghreb a être touché par ces cendres volcaniques. "Aucun vol n'a été annulé en Tunisie et il n'a y eu que des reports", a-t-on affirmé.

Espagne et Maroc : plus de perturbations

Dans la péninsule ibérique et au Maroc, où des perturbations avaient été enregistrées mardi, la situation est redevenue normale mercredi.

En Espagne. Tous les aéroports étaient ouverts mercredi matin en Espagne, après la fermeture de plusieurs d'entre eux tout au long de la journée de mardi en raison du nuage de cendres émises par le volcan islandais Eyjafjöll, selon l'organisme de contrôle aérien espagnol, Aena. 1.138 vols ont été annulés dans toute la journée de mardi. Parallèlement, des restrictions de survol avaient été imposées entre 20.000 et 35.000 pieds.

Au Portugal. Le trafic aérien est revenu à la normale sur l'ensemble des aéroports portugais mercredi à l'exception de l'archipel des Açores, où les vols suspendus depuis samedi devaient reprendre à la mi-journée. Les vols vers ou au départ du Portugal a été très perturbé, depuis samedi et pendant quatre jours.

Au Maroc. La situation est la même. Le trafic aérien a repris "normalement et sans restriction" mercredi à partir de minuit, "sur l'ensemble des aéroports", a rapporté le ministère du Transport et de l'Equipement. Les principaux aéroports, notamment Casablanca et Rabat, ont rouvert mardi soir mais ont de nouveau fermé pour la plupart à partir de 23h jusqu'à 8h mercredi. Les aéroports de Tanger, de Tétouan, Fès, Al Hoceima et Nador étaient également concernés par la restriction.

Des rejets de cendres moins concentrés

Le volcan islandais Eyjafjöll a recommencé depuis jeudi dernier à cracher d'importantes quantités de cendres. Mais lundi, il ne crachait plus qu'environ 50 tonnes de cendres par seconde, contre près de 400 tonnes jeudi, selon un géologue de l'Université d'Islande à Reykjavik.

Son éruption avait paralysé le trafic aérien en Europe pendant près d'une semaine à la mi-avril. Les particules émises peuvent en effet endommager le bon fonctionnement en vol des moteurs d'avions.