Ce qui attend maintenant Polanski

  • A
  • A
Ce qui attend maintenant Polanski
Partagez sur :

Le cinéaste franco-polonais est soumis à une série d’obligations, en attendant son éventuelle extradition vers les Etats-Unis.

Roman Polanski va être remis en liberté sous caution. Le ministère suisse de la Justice a en effet autorisé le cinéaste franco-polonais à attendre son éventuelle extradition vers les Etats-Unis dans son chalet de Gstaad, muni d'un bracelet électronique et contre une caution de 3 millions d'euros.

Libre, le cinéaste reste néanmoins soumis à des obligations bien précises. Explications.

> L’assignation à résidence

Roman Polanski possède un chalet à Gstaad (photo). C’est dans cette station huppée des Alpes suisses qu’il sera assigné à résidence, en attendant une éventuelle extradition vers les Etats-Unis. L’assignation à résidence signifie que le cinéaste ne pourra pas quitter la Suisse sans l’accord d’un magistrat.

> La caution

Roman Polanski devra s’acquitter avant sa libération d’une caution de 4,5 millions de francs suisses (3 millions d'euros) payée en liquide. "La Cour a jugé que la caution de 4,5 millions de francs suisses offerte par le recourant (...) devait être considérée comme propre à parer le risque de fuite toujours qualifié d'élevé", a indiqué le tribunal pénal fédéral. La justice suisse avait rejeté deux précédentes demandes de mise en liberté. Mais depuis, les avocats ont revu leur copie et la caution proposée n’est plus en nature - le chalet de Gstaad - mais en espèces.

> Le bracelet électronique

Le cinéaste sera en outre contraint de déposer ses papiers d'identité et de porter un bracelet électronique en permanence. Un moyen permettant de surveiller ses allées et venues. Il devra accepter le port de ce bracelet tant que les autorités suisses n'auront pas rendu une décision définitive sur son extradition.

> La "notice rouge"

Interpol a rappelé jeudi dans une note à ses 188 pays-membres que Roman Polanski est toujours inscrit sur "notice rouge" (...). Cette notice est utilisée pour demander l'arrestation provisoire en vue d'extradition d'individus recherchés, fondée sur un mandat d'arrêt ou une décision de justice.

> La prochaine audience

Les avocats de Roman Polanski vont réclamer la relaxe du réalisateur lors d'une audience en appel à Los Angeles le 10 décembre. Roman Polanski avait été arrêté le 26 septembre dernier à sa descente d'avion à la demande des Etats-Unis. Il est recherché par la justice américaine pour avoir eu des "relations sexuelles" avec une mineure de 13 ans en 1977. La victime ne veut aujourd'hui plus en entendre parler et a déjà déposé trois demandes d'abandon des poursuites.

> Polanski ne sera pas libéré avant lundi