Ce qu'a vraiment coûté Irene

  • A
  • A
Ce qu'a vraiment coûté Irene
@ REUTERS
Partagez sur :

Les premières estimations du montant des dommages ont été corrigées à la baisse.

Le pire semble avoir été évité, le week-end aux Etats-Unis. Irene a traversé la côte Est, relégué samedi au statut de cyclone post-tropical, avant d'atteindre le Canada, lundi matin. Dans une déclaration solennelle aux Américains, dimanche soir, Barack Obama a cependant averti qu'il faudrait "des semaines pour s'en remettre". L'occasion de dresser un premier bilan de la catastrophe.

Un bilan humain lourd. Irene a fait 32 morts dans neuf Etats de la côte Est des Etats-Unis. Six personnes sont décédées dans l'Etat de New York, six autres en Caroline du Nord et autant en Pennsylvanie, quatre en Virginie, deux respectivement dans le Connecticut et la Floride et une dans le Maryland, le New Jersey et le Vermont. Deux personnes sont toujours portées disparues au Québec.

Des dégâts importants. Irene a privé d'électricité cinq millions de foyers et bureaux et provoqué des inondations dans plusieurs Etats. Le New Jersey et, en Nouvelle-Angleterre, l'Etat du Vermont ont été durement touchés, avec des milliers d'arbres arrachés. L'Etat du Vermont a été déclaré zone sinistrée après l'inondation d'une centaine de routes. Dans la région de Washington comme à New York, en revanche, le pire a été évité. Au Canada, touché par le cyclone post-tropical, lundi, 300.000 foyers étaient encore privés de courant.

Des dommages revus à la baisse. Le montant des dégâts aux Etats-Unis, estimé dans un premier temps à des dizaines de milliards de dollars, a été revu à la baisse. Il devrait atteindre 5 à 7 milliards de dollars, dont 1,5 à 3 milliards à la charge des assurances, selon la société Eqecat, spécialisée dans la gestion des risques de catastrophes.

Les autorités trop précautionneuses ? Le maire de New York Michael Bloomberg, qui avait ordonné vendredi l'évacuation de 370.000 New Yorkais et fait fermer tous les transports en commun, du jamais vu pour la ville, s'est réjoui dimanche qu'il n'y ait "ni mort ni blessé". Et a assumé pleinement sa décision. "Il n’était pas question pour nous de risquer la vie d’un seul New-Yorkais. Si c’était à refaire, nous reprendrions les mêmes décisions, sans hésiter", s’est justifié Michael Bloomberg, anticipant une éventuelle polémique.