Catastrophe ferroviaire en Espagne
© REUTERS

L'ESSENTIEL - Un déraillement s'est produit mercredi à Saint-Jacques-de-Compostelle, faisant au moins 80 morts selon le dernier bilan.

• L'ESSENTIEL

- Un train transportant 222 personnes a déraillé mercredi soir près de la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le nord-ouest du pays.

- D'après le dernier bilan officiel, l'accident aurait fait au moins 80 morts. Plusieurs blessés sont en outre dans un état critique.

- Une vitesse excessive serait la cause de l'accident. L'un des conducteurs a été placé en détention. Les systèmes de sécurité de la voie sont aussi mis en cause.

- Sept jours de deuil ont été décrétés en Galice, par le roi d'Espagne. Trois jours de deuil national ont par ailleurs été annoncés par le chef du gouvernement Mariano Rajoy, qui s'est rendu sur place.

• LES DERNIÈRES INFOS

Le conducteur en détention. Le conducteur du train a été placé en détention à l'hôpital, a annoncé jeudi soir la Cour suprême de Galice. Une vitesse excessive serait en effet à l'origine du déraillement.

D'après El Pais, le conducteur du train aurait avoué avoir abordé le virage dangereux à une vitesse de 190 km/h, alors que la vitesse y est normalement limitée à 80 km/h. Au cours d'une liaison radio avec la gare, peu après la catastrophe, le conducteur a déclaré : "j'espère qu'il n'y a pas de morts parce que je les aurai sur la conscience".

> A LIRE AUSSI : Ce que l'on sait du conducteur

Accident de train Espagne

Un grave accident de train s'est produit mercredi soir en Espagne. © MAXPPP

Le géant canadien des transports Bombardier a dépêché du personnel pour collaborer à l'enquête. Le groupe a en effet fabriqué les motrices du train qui a déraillé.

L'évacuation des wagons. Le correspondant d'Europe 1 en Espagne a posté cette photo de l'évacuation d'un des wagons endommagés. 


Le terrible impact. L'accident a été filmé par une caméra de surveillance disposée au dessus des voies. On voit le train arriver à grande vitesse, puis le premier wagon se détacher de la locomotive et encastrer dans le mur d'enceinte.


Quatre wagons sur la voie. Quatre wagons se sont renversés sur la voie. L'un d'eux, complètement déchiqueté s'est empilé sur un autre et de la fumée se dégageait du convoi après l'impact. Des internautes ont aussitôt posté des images impressionnantes de l'accident sur Twitter.



Des vidéos permettent de se rendre compte de l'ampleur de l'accident (attention, certaines images peuvent choquer) :



Le Premier ministre sur place. Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy s'est rendu sur place. Il a annoncé trois jours de deuil national.


"Je souhaite exprimer mon affection et ma solidarité avec les victimes du terrible accident de train de Saint-Jacques", avait-t-il lancé dans un premier message sur Twitter, avant d'annoncer qu'il se rendrait sur place pour "présenter [ses] condoléances et apporter {son] soutien aux familles des victimes".


Ses services ont cependant commis une bourde qui n'est pas passée inaperçue sur Twitter : les internautes ont en effet relevé sur son communiqué de condoléances était... un copier-coller d'un précédent communiqué, adressé lundi à la Chine après le séisme dans la ville de Gansu, relève The Guardian.

Sept jours de deuil en Galice. Le roi Juan Carlos d'Espagne et le prince héritier Felipe ont suspendu jeudi leurs activités officielles "en signe de deuil". Juan Carlos et son épouse, la reine Sofia, se sont rendus au chevet de blessés. Le président galicien Alberto Nuñez Feijóo annonçait "le deuil le plus important de l'histoire de la région", puisque sept jours de deuil seront observés en Galice.

Un ballet d'ambulances. Très vite après le déraillement, de longs convois d'ambulances, gyrophares allumés, se sont formés, dans une course contre la montre pour évacuer les blessés. La nuit venue, toutes les routes environnantes étaient envahies par un ballet d'ambulances, sirènes hurlantes, tandis que sur les voies, les secouristes casqués, vêtus de gilets jaunes, armés de pics, tentaient de se frayer un chemin dans les tôles froissées. Un bâtiment municipal a été mis à disposition des familles, qui pouvaient y recevoir les conseils de psychologues et des informations.

Jeudi soir, l'attente interminable des familles se poursuit, note sur Twitter le correspondant d'Europe 1 en Espagne. 58 corps avaient été identifiés jeudi soir.


L'ambassade des États-Unis à Madrid a indiqué que des Américains figuraient parmi les blessés. Un Britannique aurait aussi été blessé. Aucune victime française n'a en revanche été signalée pour l'instant.

La "consternation" de Hollande. Depuis Rio de Janeiro, le pape François a également invité à prier pour les victimes et leurs familles. Ce drame se produit à la veille de la Saint-Jacques, le saint patron des Galiciens, une fête traditionnelle dans la région. Toutes les festivités ont été annulées. Dans une lettre adressée à Mariano Rajoy, François Hollande a exprimé sa "consternation" et sa "tristesse". Le président américain Barack Obama s'est quant à lui dit "choqué et attristé" par ce déraillement "tragique". Il a assuré que Washington était "prêt à fournir toute l'aide possible" à l'Espagne.

De son côté le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas, qui plaide depuis des années pour la mise en place d'un système de ralentissement automatique des trains, a déclaré : "laissons les autorités espagnoles établir tous les faits et alors nous saurons si des mesures doivent être prises au niveau européen".


DOCUMENT SONORE EUROPE 1 : "je ne sais pas comment j'ai survécu" :