Catalogne : Madrid va de l'avant dans la procédure de suspension d'autonomie

  • A
  • A
Partagez sur :

Madrid répond ainsi à la menace brandie par Carles Puigdemont de proclamer l'indépendance si l'autonomie de la Catalogne est suspendue. 

L'affrontement se poursuit. Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont a informé jeudi que la Catalogne n'avait pas déclaré l'indépendance mais pourrait le faire si Madrid poursuivait la "répression", notamment en suspendant l'autonomie. Le gouvernement espagnol a aussitôt rétorqué qu'il irait de l'avant dans la procédure de suspension d'autonomie

Une lettre adressée à Rajoy. "Si le gouvernement de l'Etat persiste à empêcher le dialogue et poursuivre la répression, le Parlement de Catalogne pourra procéder, s'il l'estime opportun, au vote d'une déclaration formelle d'indépendance qu'il n'a pas votée le 10 octobre", écrit-il dans une lettre adressée au chef du gouvernement Mariano Rajoy, après avoir évoqué la menace de suspension d'autonomie. Carles Puigdemont devait dire avant 10h s'il faisait marche arrière dans la voie de l'indépendance.

Madrid veut "restaurer la légalité " en Catalogne. Le gouvernement espagnol a répondu qu'il "continuera les démarches prévues par l'article 155 de la Constitution pour restaurer la légalité" en Catalogne, constatant le "refus" de Carles Puigdemont de répondre à ces demandes. Un conseil des ministres extraordinaire a été convoqué samedi pour décider quelles mesures doivent être prises dans le cadre d'une suspension d'autonomie de la Catalogne, selon un communiqué du gouvernement.

Bien que le ton soit à l'affrontement cela laisse cependant encore deux jours pour d'éventuelles tractations.


Qu'est-ce que l'article 155 de la Constitution ? Jamais depuis l'adoption de la Constitution, en 1978, l'article 155 n'a été utilisé. Dans la circonstance où une "Communauté autonome ne remplit pas les obligations que la Constitution ou d'autres lois lui imposent ou si elle agit de façon à porter gravement atteinte à l'intérêt général de l'Espagne", il autorise le gouvernement à "prendre les mesures nécessaires pour la contraindre à respecter ces obligations ou pour protéger l'intérêt général". Si l'article 155 est déclenché samedi, il ne sera pas pleinement effectif avant le début de la semaine prochaine, le temps d'obtenir l'approbation nécessaire du Sénat. En théorie, le gouvernement central pourrait limoger l'exécutif catalan, prendre le contrôle des forces de police et de l'administration financière et convoquer des élections anticipées.