Carnaval : le Brésil en campagne contre le Sida... sur Tinder

  • A
  • A
Carnaval : le Brésil en campagne contre le Sida... sur Tinder
@ AFP/ODD ANDERSEN
Partagez sur :

Alors que le carnaval de Rio s'ouvre vendredi, les autorités brésiliennes ont lancé une campagne de prévention du Sida sur l'application de rencontres.

Le carnaval de Rio s'est ouvert vendredi, avec son cortège d'excès et de folies. Le gros "roi Momo" a ainsi reçu les clés de la ville pour célébrer le début des festivités (voir photo ci-dessus). Mais les autorités brésiliennes en ont profité pour lancer une campagne originale pour lutter contre le Sida... sur Tinder. Les Brésiliens qui utilisent la célèbre application de rencontres peuvent désormais tomber sur de faux profils, créés par le gouvernement. "Cherche à rencontrer hommes et femmes pour relations sans engagement, de préférence sans préservatif", peut-on notamment lire sur une des photos du profil d'une jolie rousse brésilienne.



Cinq faux profils créés pour l'occasion. Cinq faux profils d'utilisateurs et tentateurs à risques ont spécialement été créés dans le cadre de cette campagne. Ils pourront interagir avec plus de 2.000 personnes dans des bars et discothèques de Rio de Janeiro, Brasilia, et Salvador de Bahia, lors du carnaval, la plus grande et débridée fête brésilienne. Celui ou celle qui répond favorablement à l'invitation d'"Alana" verra ainsi apparaître sur l'écran de son téléphone portable la réponse suivante : "Attention, il est difficile de savoir qui est porteur du VIH. Amuse-toi mais prends soin de toi. Ceci est une campagne du ministère de la Santé".

>> LIRE AUSSI - Le Brésil amoureux de Tinder

Lutter contre la recrudescence du Sida chez les jeunes. Cette initiative a été lancée en raison de la recrudescence des cas de contamination par le Sida chez les jeunes. La communauté homosexuelle masculine a aussi été ciblée, via l'application Hornet. Le pourcentage de jeunes Brésiliens de 15 à 24 ans porteurs du virus du sida a augmenté de 32% lors des dix dernières années, avec 39.000 nouveaux cas recensés chaque année, selon des données du ministère de la Santé.