Carnaval de Rio : deux blessés graves dans un nouvel accident

  • A
  • A
Carnaval de Rio : deux blessés graves dans un nouvel accident
Un des chars du carnaval de Rio s'est effondré, faisant plusieurs blessés.@ AFP
Partagez sur :

Deux jours après un accident ayant fait au moins 20 blessés, l'effondrement d'un char du carnaval de Rio a fait deux blessés graves.

Neuf personnes ont été blessées mardi lors du défilé des écoles de samba pour le carnaval de Rio, dont deux grièvement, quand la plateforme d'un char s'est effondrée sous le poids des danseurs. Lundi, un autre accident avait fait une vingtaine blessés.

Neuf blessés dont deux grièvement. "Nos services ont réalisé 16 interventions au total. Neuf personnes étaient blessés, dont deux grièvement, une d'elles avec un traumatisme crânien et une à l'abdomen", a expliqué le service de presse des autorités sanitaires municipales. L'accident s'est produit vers 3 heures du matin (7 heures en France), lors du défilé d'Unidos da Tijuca, la quatrième à évoluer dans le sambodrome, une avenue de 700 mètres bordée de gradins à ciel ouvert.

Le côté du droit du char s'effondre. "J'étais sur la plateforme du char, sur le côté gauche, et tout d'un coup, j'ai vu le côté droit d'effondrer", a témoigné Raissa Ribeiro, danseuse tout juste sortie du véhicule, en pleurs. "Les gens sont tombés à l'intérieur du char et certains sont restés coincés dans la ferraille", a-t-elle expliqué.

Dans la plus grande confusion, les ambulances arrivaient une à une sur la piste pour évacuer les blessés, alors que le service d'ordre tentait d'écarter les dizaines de photographes présents, provoquant de nombreuses bousculades. 

Déjà un accident dimanche soir. Après plus d'une demie-heure de grande tension, le char a fini par parcourir les 700 mètres de l'avenue prévu pour le défilé, sous les applaudissements du public, avec les pompiers sur le toit et quelques danseurs en pleurs sur les côtés.

Dimanche soir, le dernier char de la première école de samba entrée en scène, Paraiso do Tuiuti, a blessé au moins 20 personnes, dont plusieurs journalistes, en venant percuter une des tribunes. Selon les autorités sanitaires, trois femmes sont encore hospitalisées, l'une d'elles se trouvant dans en état grave, placée sous respiration artificielle.