Cameroun : libérés, les otages "vont bien"

  • A
  • A
Cameroun : libérés, les otages "vont bien"
@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

Les sept membres de la famille Moulin-Fournier rentreront en France samedi matin.

LIBÉRATION.  Les sept otages français, enlevés dans le nord du Cameroun le 19 février 2013 ont été libérés et remis aux autorités. Une information confirmée par des officiels français interrogés par Europe 1, puis par l’Élysée. Ils sont arrivés à l'ambassade de France à Yaoundé en fin de matinée.

"C’est avec un immense soulagement et une grande joie que le président de la République confirme la libération des sept membres de la famille Moulin-Fournier", a indiqué l’Élysée dans un communiqué. La présidence française confirmait ainsi l'annonce de leur libération faite un peu plus tôt par le président camerounais Paul Biya. François Hollande a remercié les autorités camerounaises et nigérianes "qui ont travaillé à cette issue heureuse".

"J'ai eu la famille au téléphone, ils vont bien". Laurent Fabius est immédiatement parti sur place au Cameroun. Le ministre des Affaires étrangères a pu s'entretenir avec la famille par téléphone,  a-t-il confié au micro d'Europe 1. "J'ai eu la famille au téléphone, ils vont bien. Je vais là-bas. On va voir ce qu'ils souhaitent et ensuite -en fonction de leurs souhaits- on va les ramener à Paris sains et saufs", a affirmé le chef de la diplomatie. Vont-ils rentrer dans la journée ? "On va voir. Je pense qu'ils ont été très secoués. C'est à eux de dire ce qu'ils souhaitent", a-t-il précisé."C'est une formidable nouvelle mais on travaille dans la discrétion", a réaffirmé Laurent Fabius qui souhaite "remercier les autorités régionales et en particulier le président du Cameroun qui nous ont beaucoup aidé".

Retenus depuis février. La famille Moulin-Fournier, dont quatre enfants âgés de 5 à 12 ans, avait été enlevée le 19 février dans le nord du Cameroun où elle était allée visiter un parc national. Le père, la mère et leurs quatre garçons âgés de 5 à 12 ans résidaient depuis 2011 à Yaoundé où le père est employé expatrié du groupe GDF Suez. Cyril Moulin-Fournier, le frère de Tanguy, qui vit en Espagne, les avait rejoints pour des vacances.

Boko Haram. Leurs ravisseurs se réclamaient de la secte islamique Boko Haram, active dans le nord du Nigeria, une zone troublée depuis plusieurs années par des attentats et des assassinats, réprimés dans le sang par les forces de sécurité nigérianes. Dans deux vidéos, diffusées les 25 février et 18 mars, les ravisseurs exigeaient, en échange de la libération des Français, celle de membres de leur groupe, prisonniers au Nigeria et au Cameroun. Le père, la mère et leurs quatre garçons âgés de 5 à 12 ans résidaient depuis 2011 à Yaoundé où le père est employé expatrié du groupe GDF Suez. Cyril Moulin-Fournier, le frère de Tanguy, qui vit en Espagne, les avait rejoints pour des vacances.