Cain : une quatrième accusatrice

  • A
  • A
Cain : une quatrième accusatrice
@ REUTERS
Partagez sur :

Le républicain, candidat à la présidentielle américaine, est à nouveau accusé de harcèlement sexuel.

Herman Cain est encore une fois la cible d'accusations qui pourraient s'avérer très gênantes pour sa campagne à l'investiture républicaine. Pour la quatrième fois, une femme l'accuse de harcèlement sexuel. Sharon Bialek affirme en effet qu'en juillet 1997, Herman Cain avait tenté d'obtenir des faveurs sexuelles lors d'une rencontre à Washington, alors qu'elle l'avait contacté pour trouver du travail.

Le futur candidat avait après un dîner, selon elle, "glissé la main sous sa jupe", et pris sa tête pour la rapprocher de son sexe, alors qu'ils se trouvaient tous les deux seuls dans une voiture. "Je lui ai demandé d'arrêter et il s'est arrêté", a-t-elle précisé lors d'une conférence de presse à New York. Elle a ajouté qu'elle parlait au nom de "toutes les femmes qui sont harcelées sexuellement".

"Chasse aux sorcières"

Le candidat a déjà été accusé à trois reprises des mêmes torts, remontant aux années 90. Dans deux des cas, l'affaire aurait été réglée avec un accord financier à l'amiable.

Ces informations, qui émergent depuis quelques jours, portent un coup important à la campagne d'Herman Cain, 65 ans, qui figure en première position dans les sondages. L'équipe de campagne a défendu son candidat dans un communiqué : "toutes les accusations de harcèlement contre M. Cain sont complètement fausses. M. Cain n'a jamais harcelé qui que ce soit". Le candidat doit désormais faire face à ce qu'il décrit comme une "chasse aux sorcières" à son encontre, qui pourrait s'avérer fatale.