Burkina Faso : Compaoré démissionne

  • A
  • A
Burkina Faso : Compaoré démissionne
@ reuters
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - L'armée a pris le pouvoir dans le pays. Le chef de l'Etat, Blaise Compaoré, vient de démissionner.

LES QUATRE INFORMATIONS A RETENIR

• Après avoir dissous le gouvernement, Blaise Compaoré démissionne. 

• Un ténor de l'opposition déclare que les émeutes de jeudi ont fait plus d'une trentaine de morts et plus de cent blessés. L'AFP n'a pu en confirmer que quatre.

• L'armée annonce qu'un gouvernement de transition va être mis en place pour une durée d'un an. 

• En voulant modifier la Constitution pour se représenter pour un cinquième mandat, Blaise Compaoré a déclenché la contestation.

>> LIRE AUSSI - Le Burkina Faso se soulève contre l'inoxydable président Compaoré

L'ESSENTIEL

• Le rapport de force

Compaoré démissionne. Pour la première fois, il cède. Le président Blaise Compaoré a annoncé vendrdi sa démission via un communiqué vendredi. Il avait dissout le gouvernement jeudi et demandé l'ouverture de négociations avec l'opposition. Le chef de l'Etat avait poursuivi : "Je reste disponible à ouvrir avec vous des pourparlers pour une période de transition à l'issue de laquelle je transmettrai le pouvoir au président démocratiquement élu". Les mots du chef de l'Etat étaient très attendus après l'annonce par l'armée burkinabè d'une prise de pouvoir un peu plus tôt dans la soirée.

L'armée promet la mise en place d'un gouvernement de transition. Une annonce qui n'a pas apaisé la colère des manifestants ni adouci les leaders politiques de l'opposition. Zéphirin Biabré, l'un de ses meneurs, conteste l'instauration d'un état de siège et réclame la démission du président. L'armée, elle, a annoncé la mise en place d'un gouvernement de transition pour une durée d'un an "en consultation avec tous les partis" et compte bien faire respecter un couvre-feu jusqu'à 6 heures vendredi matin. Les pouvoirs exécutifs et législatifs seront assumés par un organe de transition, qui sera mis en place "en concertation avec toutes les forces vives de la nation" et dont l'objectif est un "retour à l'ordre constitutionnel" "dans un délai de douze mois", annonce le communiqué.



L'opposition critique un "coup d'Etat". La prise de pouvoir de l'armée a été qualifiée de "coup d'Etat" par Bénéwendé Sankanda, un ténor de l'opposition. Lors d'une rencontre jeudi avec le chef d'état-major des armées Nabéré Honoré Traoré, l'opposition lui a demandé "d'aller dans le sens du peuple" et de "ne pas (lui) tirer dessus". Aux abords du palais présidentiel, la tension restait palpable jeudi, en fin d'après-midi. Plusieurs centaines de manifestants faisaient face aux soldats de la garde présidentielle. Des militaires ont effectué des tirs de sommation.



Autre symbole du pouvoir attaqué : la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB). Plusieurs centaines de personnes sont entrées dans ses locaux, où elles ont pillé le matériel, avant de quitter les lieux. Les transmissions ont été coupées. La diffusion des programmes de Radio France Internationale (RFI) a également été interrompue à Ouagadougou.

• Le film de la révolte 

Trois jours de manifestations. Depuis le début de la semaine, le pays est secoué par une vague de protestation sans précédent dirigée contre le président Blaise Compaoré. Mardi, plusieurs centaines de milliers de personnes étaient descendues dans les rues pour protester contre le pouvoir sans partage du président Compaoré sur le pays. Après une journée d'accalmie à Ouagadougou, des protestataires ont pris d'assaut l'Assemblée nationale avant de saccager les lieux jeudi. 

Démonstration de force du peuple. Ils sont plus d'un millier à avoir forcé un barrage de police jeudi. Les manifestants se sont introduits dans l'Assemblée nationale qui a été mise à sac. Les forces de l'ordre se sont retirées des lieux après avoir vainement tenté de repousser les opposants. Plus d'une dizaine de voitures garées dans la cour et à l'extérieur du bâtiment ont été brûlées, du matériel informatique pillé et des documents brûlés. Chaque bureau a été méthodiquement visité.



Finalement, l'Assemblée nationale a été incendiée. Un député de l'opposition, présent au parlement au moment de l'arrivée des manifestants, a déclaré que tous les parlementaires avaient été exfiltrés, sans plus de précisions.

Jeudi, la télévision publique qui a également été prise d'assaut. Elle a cessé d'émettre dans la matinée. Du matériel a été endommagé mais les studios n'ont pas été dégradés. Contacté par Europe 1, Ladji Bama, journaliste politique burkinabè, décrit des scènes de guerre civile. "Dans la rue c'est un champ de ruines, toutes les grandes institutions ont été brûlées. On croise des jeunes qui transportent des tables, des matelas, c'est la désolation. Tout le monde en a gros sur le cœur, depuis longtemps la population grogne. Blaise Compaoré a fait la sourde oreille, voilà ce qui arrive", explique-t-il au téléphone. Le journaliste politique sent "la fin du règne du président arriver". "Les gens étaient fatigués de cette justice qui laissait les gens agir en toute impunité", conclut-il. 

Après s'en être pris à l'Assemblée nationale, les manifestants se sont dirigés vers les bâtiments de la présidence. Des coups de feu ont été entendus à proximité du palais présidentiel. Les maisons des caciques du parti de Blaise Compaoré et du gouvernement ont été incendiées, un hôtel de luxe pillé, le frère du président, François, arrêté. Dans la cohue qui semble régner à Ouagadougou, une personne a trouvé la mort. A Bobo Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso, la mairie et le siège du parti présidentiel ont été incendiés par des manifestants hostiles au régime.

• Les raisons de la colère

Des révisions constitutionnelles à répétition. A l'origine de cette contestation sans précédent dans le pays, un amendement voulu par le gouvernement burkinabè, pour permettre à Blaise Compaoré de se représenter. Le président, au pouvoir depuis 198, a voulu modifier la constitution pour entamer un cinquième mandat après les élections de 2015. Il avait déjà changé les textes fondateurs de la république burkinabè quatre fois depuis 1991. Les députés devaient voter ce projet de loi jeudi, quand les manifestants se sont rués dans le bâtiment. 

Parlement

© Reuters


Le gouvernement a finalement décidé de retirer le projet de loi controversé. "Le gouvernement informe l'ensemble des populations de l'annulation de l'examen du projet de loi portant révision de la Constitution", indique un communiqué, qui "appelle les populations au calme et à la retenue". Un porte-parole a simplement indiqué à l'AFP que le gouvernement "annule le vote" de la loi, sans plus de précisions.

• Les réactions internationales

L'ONU réagit. Paris appelle "toutes les parties à la retenue" et Washington se dit "très inquiet". L'ambassadeur de France à Ouagadougou a d'ailleurs rencontré les chefs de l'opposition pour trouver une solution pour une sortie de crise, affirme France 24. Au début du mois d'octobre, François Hollande lui-même avait écrit au président Blaise Compaoré pour le prévenir des risques auxquels il s'exposait en tentant une enième révision de la Constitution, révèle Jeune Afrique



Ce vendredi, l'Elysée a réitéré ses appels à "prendre la bonne décision" adressés à Blaise Compaoré. L'UE, elle, appelle au "sens de la responsabilité Mais c'est surtout l'ONU qui a réagi au tumulte qui agite le pays. Le secrétaire général Ban Ki-moon va envoyer jeudi un émissaire au Burkina Faso. pour tenter de mettre fin aux violences. A Paris, une manifestation de la diaspora burkinabè s'est également tenue, demandant à Blaise Compaoré, mais aussi à d'autres chefs d'Etats africains installés depuis longtemps au pouvoir, de "dégager".