Brexit : Richard Branson financerait en secret un mouvement pro-UE, avec des proches de Tony Blair

  • A
  • A
Brexit : Richard Branson financerait en secret un mouvement pro-UE, avec des proches de Tony Blair
Fervent partisan du "remain", Richard Branson financerait une campagne pour empêcher le Royaume-Uni de sortir du marché européen@ JUSTIN TALLIS / AFP
Partagez sur :

D'anciens collaborateurs de Tony Blair seraient soutenus, notamment financièrement, par le groupe Virgin pour mener une campagne contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Le fondateur du groupe Virgin, Richard Branson, financerait une campagne en faveur de l'Union européenne pour empêcher le Brexit d'aboutir. Cette campagne, déjà bien avancée, serait menée par des proches de Tony Blair, révèle mardi le journal britannique The Independent qui a pu consulter un email secret.

Un email d'un proche de Tony Blair. "Depuis quelques mois, nous nous éloignons pour lancer une campagne en Europe. Je suis heureux de dire que des progrès substantiels ont été réalisés", cite le journal. "Virgin est heureux d'aider. Depuis notre dernière rencontre, [ils] ont offert un supplément de 25.000 livres [soit près de 30.000 euros], de plus grands espaces de bureau et des conseils juridiques." Cet email provient de la correspondance d'Alan Milburn, l'un des plus proches alliés du cabinet de l'ancien Premier ministre Tony Blair

Des célébrités et des hommes politiques comme soutiens. Parmi les personnes impliquées dans cette campagne contre le Brexit, on trouve également l'ancien vice-ministre Nick Clegg, le député travailliste Chuka Umanna ou encore des célébrités comme Bob Geldof, l'acteur et chanteur irlandais. La communication et la stratégie de ce mouvement auraient également été confiées à l'agence de presse Freuds, fondée par Matthew Freud, un ami proche de Tony Blair et de David Cameron son successeur au 10 Downing Street

Un projet bien avancé. Un million de livres (soit près de 1,2 million d'euros) aurait déjà été promis à cette campagne dans l'éventualité d'un deuxième référendum sur les conditions de sortie de l'Union européenne qui pourrait émerger des deux prochaines années de négociations.

Cette campagne pourrait travailler aux côtés de l'Open Britain, le successeur de la campagne officielle Stronger In Remain, qui vise maintenant à assurer un Brexit doux dans lequel la Grande-Bretagne resterait sur le marché unique européen.

Une campagne pourtant secrète. Un porte-parole de Virgin a déclaré : "Depuis le référendum de l'UE, Virgin n'a effectué aucun paiement à une quelconque campagne ou organisation de Brexit", avant d'ajouter :"Il est bien connu que Richard [Branson] a soutenu la campagne Remain avant le référendum, et en conséquence, les gens impliqués dans tous les côtés du débat sont intéressés par les vues de Virgin sur le Brexit et son impact sur les entreprises." Virgin n'aurait donc qu'une implication symbolique.