Brexit : Barnier ouvert à une courte prolongation des négociations

  • A
  • A
Brexit : Barnier ouvert à une courte prolongation des négociations
Les négociations entre sont actuellement dans l'impasse. @ EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :

Le négociateur de l'Union européenne sur le Brexit a évoqué une prolongation des négociations avec Londres, actuellement dans l'impasse, en indiquant qu'elles devraient être bouclées "d'ici mi-novembre", contre le 18 octobre auparavant. 

Le négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit, Michel Barnier, a ouvert la porte à une brève prolongation des négociations sur le Brexit avec Londres, actuellement dans l'impasse, en indiquant qu'elles devraient être bouclées "d'ici mi-novembre". Jusqu'ici, il est officiellement prévu que les négociations entre Londres et Bruxelles doivent aboutir d'ici à un sommet des dirigeants des pays de l'Union européenne le 18 octobre.

"Ce dont nous avons besoin, ce n'est pas de temps mais de décisions politiques." "En prenant en compte le temps nécessaire de la ratification de l'accord de sortie" du Royaume-Uni de l'UE "par les parlements britannique et européen, il nous faut boucler les négociations d'ici à mi-novembre", a déclaré Michel Barnier dans une interview publiée dimanche par le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. "C'est possible. Ce dont nous avons besoin, ce n'est pas de temps mais de décisions politiques", a-t-il ajouté à l'adresse du gouvernement britannique.

Le risque d'un Brexit dur sans accord se profile. Les négociations entre Londres et l'exécutif européen n'avancent guère actuellement, et le risque d'un Brexit dur sans accord se profile, en raison de divergences portant notamment sur les futures relations commerciales des deux blocs, mais aussi sur la question de la frontière irlandaise. Face au blocage, les deux parties commencent à envisager une prolongation des discussions.

"Une marge de manœuvre" sur le calendrier. Le ministre britannique en charge du Brexit, Dominic Raab, a évoqué lui aussi mercredi "une marge de manœuvre" sur le calendrier. La sortie de l'UE du Royaume-Uni est programmée pour fin mars 2019. Michel Barnier a réitéré que l'Union européenne était prête, en cas d'accord signé, à continuer jusqu'à fin 2020 à traiter la Grande-Bretagne comme pays membre afin d'aider à la transition, toutefois "sans droit de vote" de Londres lors des décisions européennes.