Brève suspension du compte Twitter en arabe de la chaîne Al Jazeera

  • A
  • A
Brève suspension du compte Twitter en arabe de la chaîne Al Jazeera
Le compte Twitter a été suspendu dans la nuit de vendredi à samedi, selon l'heure de post du message@ Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

La suspension de ce compte intervient dans un contexte de fortes tensions diplomatiques entre le Qatar et ses voisins du Golfe qui accusent le royaume de "soutenir le terrorisme". 

Le principal compte Twitter en langue arabe de la télévision qatarie Al Jazeera, qui compte environ 12 millions d'abonnés, a été brièvement "suspendu" samedi, a annoncé la chaîne.

Une brève suspension. "La plupart de nos comptes (Twitter) en arabe ont été bloqués mais ils sont de nouveau opérationnels", a indiqué un porte-parole d'Al Jazeera en laissant entendre qu'un problème technique pourrait être à l'origine de cette interruption. Des équipes techniques de la chaîne sont en contact avec leurs homologues de Twitter afin de déterminer ce qui a causé cette suspension qui a duré environ une heure, a ajouté le porte-parole. Lorsque les internautes tentaient de se connecter samedi dans la matinée, ils recevaient le message "compte suspendu".



Une "conspiration". "Aucune autre télévision dans le monde (...) ne fait face à une telle conspiration" contre elle, a poursuivi Yasser Abouhilalah. La suspension du compte Twitter en arabe de la chaîne intervient dans un contexte de fortes tensions entre le Qatar et ses voisins du Golfe dont l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Ryad et plusieurs de ses alliés de la région ont rompu le 5 juin toutes leurs relations avec le Qatar qu'ils accusent de "soutenir le terrorisme" mais surtout de se rapprocher de leur grand rival régional l'Iran.

Victime d'une cyberattaque ? Dans la foulée, Ryad a aussi fermé les bureaux d'Al Jazeera en Arabie saoudite. Le 8 juin, Al-Jazeera s'était dite victime d'une vaste cyberattaque visant l'ensemble de ses systèmes. Fondée il y a plus de 20 ans par le gouvernement du Qatar, Al Jazeera, qui dispose de près de 80 bureaux à travers le monde et diffuse dans plusieurs langues, a été la caisse de résonance des mouvements du Printemps arabe. Mais ses détracteurs jugent sa ligne éditoriale trop favorable aux islamistes, y voyant parfois un outil au service de la diplomatie du Qatar.