Boire trop d'alcool abîme à la mémoire

  • A
  • A
Boire trop d'alcool abîme à la mémoire
Photo d'illustration.@ MAXPPP
Partagez sur :

SANTÉ - Les hommes qui boivent régulièrement trop d'alcool s'exposent à un déclin accéléré de la mémoire.

Un verre, ça va... Les hommes qui boivent régulièrement trop d'alcool à l'âge adulte s'exposent à un déclin accéléré de la mémoire, entraînant une diminution de leurs capacités d'attention et de concentration, selon une étude publiée mercredi. Dans le détail, ce risque concerne des hommes buvant plus de 36 grammes (plus de 3,5 verres) d'alcool par jour, selon l'étude épidémiologique conduite par des chercheurs de l'Inserm et l'University College London (Royaume-Uni) chez 5.054 hommes et 2.099 femmes. Les résultats, parus dans la revue Neurology, suggèrent qu'une forte consommation d'alcool en milieu de vie (40 à 60 ans) pourrait entraîner un déclin cognitif plus rapide au cours de la vieillesse.

Une étude au long cours. Les participants ont été interrogés à 3 reprises sur une période de 10 ans sur leur consommation habituelle d'alcool (vin, bière, spiritueux, etc.). Les chercheurs ont étudié notamment leurs capacités de mémorisation. Le test de mémoire consistait à se rappeler en une minute du plus de mots possibles parmi la liste des 20 mots qui étaient énoncés juste auparavant. Durant les tests de "fluence verbale", les participants devaient écrire respectivement le plus de mots commençant par S et de mots d'animaux, en une minute.

Un buveur de 55 ans avec une mémoire de 61 ans. Chez les hommes, aucune différence dans le déclin de la mémoire n'a été observée entre ceux qui ne boivent pas, les anciens buveurs, et les buveurs légers à modérés.  En revanche, les gros buveurs montrent un déclin de la mémoire et des fonctions exécutives plus rapide que les buveurs modérés. Cette différence correspond, selon les tests, à l'équivalent d'un vieillissement intellectuel ("cognitif") de 1,5 à 6 années supplémentaires. Par exemple, un gros buveur de 55 ans aurait un déclin de mémoire comparable à celui d'un sujet de 61 ans.

A noter. L'impact d'une forte consommation n'a pu être évaluée chez les femmes, car trop peu d'entre elles buvaient de grandes quantités d'alcool, même s'il semble qu'il y ait un déclin plus rapide des fonctions exécutives chez celles buvant plus de 2 verres d'alcool par jour.