Blackout total à Toronto

  • A
  • A
Blackout total à Toronto
@ REUTERS
Partagez sur :

La reine Elizabeth II et le prince Philip, en visite au Canada, se sont retrouvés dans le noir complet.

Il y a eu une explosion, puis plus rien. Lundi soir, le centre-ville de Toronto au Canada a été plongé dans le noir total pendant près de quatre heures. A l’origine du chaos, l’incendie d’une station de transformateurs électrique que les pompiers ont fini par maîtriser.

Lorsque la panne s’est déclenchée, le Prince Philip et la reine Elizabeth II participaient à la remise des prix "The Duke of Edinburgh Awards" dans un palace de Toronto. Au beau milieu d’un discours le noir complet est tombé sur la salle. Debout devant le public, l'époux de la chef d'Etat du Canada n'a pas vacillé lorsque le courant a été coupé et a poursuivi la cérémonie dans la pénombre des lumières des sorties de secours, ont rapporté les médias présents. Des générateurs ont finalement pris le relais dans l'établissement.

Le Prince Philip et la reine Elizabeth II surpris par le noir :

"Une enquête a été ouverte pour établir les causes de l'incendie", a indiqué Danièle Gauvin, porte-parole de Hydro-One l'entreprise assurant l'alimentation électrique de la métropole.

La panne de courant s'est produite au moment où une vague de chaleur s'abat sur le Québec et l'Ontario, la province où se trouve la métropole de 5,5 millions d'habitants. Le mercure a ainsi grimpé à 34 degrés Celsius lundi. Mais selon Hydro-One, la température ne devrait pas causer de telles pannes, les installations étant conçues pour résister aux vagues de chaleur. Aucun accident ni blessé n'était à déplorer dans l'immédiat, a indiqué l'entreprise dans un communiqué.

Des kilomètres de bouchons

La panne géante a toutefois semé la pagaille à Toronto, engendrant des kilomètres de bouchons, d'autant qu'elle s'est produite à l'heure où les tours du quartier des affaires se vidaient. Certains cols blancs ont carrément été gagnés par la panique, a raconté, à l'AFP, Falik Raja, un homme d'affaires.

"Les ascenseurs ont cessé de fonctionner et les gens ont dévalé les escaliers jusqu'au rez-de-chaussée, puis ont foncé jusqu'à leurs voitures ou vers les transports publics", a dit cet homme de 40 ans. Mais d'autres, plus amusés, se sont reconvertis un temps en agents de circulation afin de pallier la panne des feux de circulations qui a provoqué de nombreux embouteillages.