Bitcoin : un nouveau chef d'accusation à l'encontre de Mark Karpelès

  • A
  • A
Bitcoin : un nouveau chef d'accusation à l'encontre de Mark Karpelès
@ KAREN BLEIER / AFP
Partagez sur :

Des soupçons de détournement de fonds des clients ont poussé la police japonaise à émettre un nouveau mandat d'arrêt à l'encontre du Français, interpellé le 1er août. 

Soupçons de manipulation. La police japonaise a décidé vendredi de maintenir en détention sur de nouvelles accusations le Français Mark Karpelès, ex-patron de la plateforme de monnaie virtuelle (Bitcoin) MtGox, en garde à vue depuis début août sur des soupçons de manipulations de données, ont rapporté les médias locaux.

Un nouveau mandat d'arrêt a été émis, cette fois sur des soupçons de détournement de fonds de ses clients, pour un montant de 321 millions de yens (2,3 millions d'euros au cours actuel). Mark Karpelès, qui réside à Tokyo, aurait dépensé la majeure partie de cette somme pour l'achat de droits de logiciels mais aurait aussi dépensé 43.000 euros pour s'offrir un lit de luxe, d'après des informations de presse.

Une nouvelle garde à vue de 20 jours. Le système judiciaire japonais prévoit que la police peut maintenir en détention un suspect jusqu'à 20 jours sans mise en examen, période pendant laquelle elle est en mesure de mener d'intenses interrogatoires destinés à obtenir un aveu. Cette période de trois semaines arrivait à échéance samedi pour le Français, dont la nouvelle arrestation remet le compteur à zéro pour une nouvelle garde à vue de 20 jours.

000_Hkg10199015

JIJI PRESS / AFP

 Mark Karpelès, 30 ans, avait dans un premier temps été interpellé le 1er août pour avoir falsifié des données dans le système informatique de la plateforme en 2013, afin de créer artificiellement un million de dollars (910.500 euros). L'effondrement spectaculaire l'an dernier de MtGox, victime d'une cyber-attaque massive selon son ex-patron qui nie les accusations selon les médias, avait entaché la réputation du bitcoin. La société avait stoppé ses transactions en février 2014, avant de déposer le bilan, admettant avoir perdu 850.000 bitcoins pour une valeur de 48 milliards de yens (près de 350 millions d'euros).

MtGox, basée au Japon, constituait l'une des plateformes d'échange "historiques" de cette monnaie créée sur ordinateur en 2009 et qui a vu sa valeur s'envoler de quelques cents à ses débuts jusqu'à plus de 1.000 dollars fin 2013, avant de refluer.