Birmanie : vingt millions de comprimés de méthamphétamine saisis

  • A
  • A
Birmanie : vingt millions de comprimés de méthamphétamine saisis
Les autorités ont découvert les logos de laboratoires appartenant à un groupe armé. (Photo d'illustration) @ SAEED KHAN / AFP
Partagez sur :

Outre les vingt millions de comprimés de méthamphétamine, plus de 600.000 cachets d'ecstasy ont également été saisis dans ces maisons.

Les autorités birmanes ont annoncé mercredi la saisie de vingt millions de comprimés de méthamphétamine, en plein coeur du célèbre "Triangle d'Or", un record dans le pays depuis le début de l'année.

Une production à destination de toute l'Asie. Un raid a été mené dans quatre maisons de la ville de Tachileik dans l'État Shan, à la frontière de la Thaïlande. Quatre personnes ont été interpellées lors de ce raid, ont précisé les autorités.

La région est considérée comme une plaque tournante du trafic de méthamphétamine, expédiée de là vers la Thaïlande et le reste de l'Asie du Sud-Est. En Birmanie, un comprimé de méthamphétamine coûte quelques euros, mais la drogue se revend ensuite bien plus cher, une fois quittée cette région du "Triangle d'Or" aux confins de la Thaïlande, du Laos et de la Birmanie.

Un laboratoire du groupe armé Wa. Outre les vingt millions de comprimés de méthamphétamine, plus de 600.000 cachets d'ecstasy ont également été saisis dans ces maisons. La police a en outre saisi des moules permettant de frapper les cachets des signes "999" ou "WY", des logos de laboratoires appartenant à l'important groupe armé des Wa implantés dans cette région de l'est de la Birmanie. Le groupe ethnique rebelle des Wa est accusé de financer sa guérilla par le trafic de drogue, notamment l'opium.

Une lutte contre les trafiquants. La Birmanie, plaque tournante du trafic de drogues produites en Asie du Sud-Est, a brûlé le 26 juin pour la journée mondiale antidrogue l'équivalent de 340 millions d'euros de stupéfiants, en signe de détermination à lutter contre un trafic en pleine croissance.

La Thaïlande et la Birmanie ont toutes deux à coeur de montrer leur engagement contre les trafiquants, avec des opérations coup de poing et de lourdes peines. Mais les résultats sont mitigés, en raison notamment d'une forte corruption.