Bernanke reconduit à la tête de la Fed

  • A
  • A
Bernanke reconduit à la tête de la Fed
Partagez sur :

Barack Obama a nommé mardi Ben Bernanke à la tête de la banque centrale des Etats-Unis pour un second mandat de quatre ans.

Son objectif : sortir les Etats-Unis de la pire crise économique depuis les années 1930. Ben Bernanke a été reconduit mardi dans ses fonctions de président de le Réserve fédérale, la banque centrale des Etats-Unis, par Barack Obama, actuellement en vacances. Il effectuera donc un deuxième mandat consécutif de quatre ans à la tête de la "Fed".

"En tant qu'expert des causes de la Grande dépression (de 1929), je suis certain que Ben n'aurait jamais imaginé qu'il ferait un jour partie d'une équipe chargée d'éviter qu'elle ne se reproduise", a affirmé Barack Obama. "Mais grâce à son parcours, son caractère, son courage et sa créativité, c'est précisément ce qu'il a contribué à faire. Et c'est pourquoi je le nomme pour un nouveau mandat de président de la Réserve fédérale."

Ben Bernanke a pris en février 2006 la tête de la Banque centrale américaine, après avoir été nommé fin 2005 par George W. Bush pour succéder à Alan Greenspan, resté 18 ans à ce poste. Le président américain avait loué en juin le "travail extraordinaire" de cet homme de 55 ans, qui a engagé son institution dans une intervention sans précédent pour soutenir l'économie, convaincu que la crise de 1929 avait été amplifiée par les erreurs de la banque centrale.

Ce barbu posé et discret que tout ou presque oppose à son prédécesseur, a profondément bouleversé les habitudes à la banque centrale, en refusant d'abord de tomber dans le "culte" dont faisait l'objet Alan Greenspan - dont les déclarations pouvaient faire vaciller ou flamber les marchés-, et en amenant la Fed à communiquer davantage sur ses actions et ses attentes.

Ben Bernanke bénéficie aujourd’hui d'un large soutien de la part de Wall Street qui a apprécié ses méthodes radicales destinées à sauver le secteur bancaire, réformer le secteur financier et éviter à la récession de se transformer en dépression.