Berlusconi poussé à la démission

  • A
  • A
Berlusconi poussé à la démission
@ REUTERS
Partagez sur :

Son ancien allié, Gianfranco Fini, a réclamé dimanche son départ de la présidence du Conseil.

Silvio Berlusconi de plus en plus affaibli. Gianfranco Fini, l’ex-allié du président du Conseil italien et président de la Chambre des députés italienne, a réclamé dimanche la démission de Silvio Berlusconi. Et ce, dans un discours prononcé devant 10.000 membres de son nouveau parti, baptisé Avenir et Liberté.

Berlusconi doit changer

Gianfranco Fini s'est dit prêt à soutenir une nouvelle équipe ministérielle emmenée par Silvio Berlusconi à condition qu'il révise son programme d'aide au développement du sud de la Péninsule, qu'il adopte un plan de relance de l'emploi et que les centristes de l'Union des démocrates chrétiens (UDC) soient associés à la coalition au pouvoir. Mais si ces conditions ne sont pas remplies, a-t-il averti, Silvio Berlusconi "doit prendre la décision (...) de remettre sa démission et dire que la crise est ouverte de fait".

Dans un discours de près d'une heure, l’ancien allié de Silvio Berlusconi a durement attaqué son rival, à nouveau empêtré dans des scandales sexuels. Il a regretté une "décadence morale" dans la société italienne, alors que "les personnages publics doivent être des exemples".

Selon des proches du président du Conseil italien, cités par l'agence de presse Ansa, Silvio Berlusconi n'aurait aucune intention de renoncer à ses fonctions.

Berlusconi au plus bas

Silvio Berlusconi et Gianfranco Fini ont fusionné, il y a deux ans, leurs deux partis - la Forza Italia pour le président du Conseil et l’Alliance Nationale pour le président de la Chambre - donnant naissance au Peuple de la Liberté, au pouvoir. Mais les relations entre les deux alliés se sont détériorées au point qu'en juillet, Berlusconi l'a exclu de la formation.

La cote de popularité de Silvio Berlusconi n'a cessé de baisser depuis son élection en 2008 alors que l'Italie reste confrontée à une croissance économique faible, à un chômage élevé et une dette particulièrement lourde.