Berlin : un aéroport très en retard

  • A
  • A
Berlin : un aéroport très en retard
L'inauguration de l'aéroport de Berlin a une nouvelle fois été reportée.@ REUTERS
Partagez sur :

L’inauguration du nouvel aéroport de la capitale allemande a été une nouvelle fois repoussée.

Ce devait être un projet emblématique pour la ville de Berlin. Le nouvel aéroport de la capitale allemande, dont l’inauguration initialement prévue en 2011 avait déjà été repoussée plusieurs fois, ne devrait pas ouvrir ses portes avant 2014, voire 2015. En cause, selon le quotidien Bild : toute une série de problèmes techniques, dont certains confinent à l’absurdité.

aéroport de Berlin

© REUTERS

Le système de protection contre les incendies est ainsi défaillant. Les baies vitrées s’ouvriraient dans le mauvais sens, ce qui risquerait de s’avérer totalement contre-productif en cas de feu, relève Le Figaro. Le réseau gérant les comptoirs d’enregistrement, la distribution des bagages et l’éclairage des pistes ne fonctionnerait pas non plus.

Un carrelage au rabais

Quant aux comptoirs d’enregistrement, ils ne seraient pas assez nombreux, tout comme les emplacements prévus pour servir de parking aux avions. Et ce n’est pas tout : pour faire des économies, un carrelage moins cher a été installé. Résultat : il se détache déjà par endroits.

Le budget initial de 2,4 milliards d’euros a complètement explosé, atteignant 4,3 milliards d’euros. Et la facture devrait encore s’alourdir avec la suite des travaux.

Le maire de Berlin sur la sellette

le maire de Berlin

© REUTERS

Il y a pourtant urgence : Berlin est pour l’heure desservie par deux aéroports, Tegel et Schönefeld, hérités de la Guerre Froide et qui ne suffisent plus à absorber le trafic, note le Wall Street Journal. Air Berlin, le numéro deux du transport aérien en Allemagne, est aussi particulièrement affecté, de même que les restaurants et les magasins qui avaient prévu d’ouvrir dans le nouvel aéroport.

L’affaire embarrasse beaucoup le maire de Berlin, le charismatique Klaus Wowereit, qui annoncé lundi qu’il quittait la présidence de la société chapeautant la construction de l’aéroport. Ce retard calamiteux pourrait aussi lui coûter cher politiquement : des voix ont déjà commencé à s’élever pour réclamer sa démission.