Une Allemagne rassemblée pour fêter les 25 ans de la chute du mur

  • A
  • A
Une Allemagne rassemblée pour fêter les 25 ans de la chute du mur
@ Reuters
Partagez sur :

EN IMAGES - Hommages, concerts, frontière lumineuse et expositions : découvrez les célébrations des 25 ans de la chute du mur de Berlin. 

Sous la pression populaire, il avait fini par céder dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989. Vingt-cinq ans plus tard, Berlin célèbre l'anniversaire de la chute du mur. Un grand week-end de festivités est donc prévu dans la capitale allemande, dont le coup d'envoi a été donné vendredi.

Au menu : des concerts, hommages ou expositions rythmeront ces festivités, qui culmineront dimanche avec la tenue d'une grande "fête populaire". Quelque deux millions de visiteurs, selon la presse allemande, étaient attendus dans la capitale réunifiée. 

>> LIRE AUSSI - Chute du mur de Berlin : les archives reconstituées de la Stasi

La Porte de Brandebourg centralise les festivités. Au cœur des célébrations baptisées "Le courage de la liberté", la Porte de Brandebourg, située au centre de la capitale. Symbole de la partition puis de l'unité de la ville et de l'Allemagne, l'édifice surmonté du célèbre quadrige se trouvait à l'Est, longé par le Mur, dans un no man's land. Le journal allemand Bild a publié cette émouvante photo d'Helmut Kohl, artisan de la réunification allemande, devant l'édifice. L'homme politique était chancelier au moment de la chute du mur et a fait face à d'importantes difficultés pour rassembler le peuple allemand.



Dès vendredi, l'orchestre de la Staatskapelle, sous la direction de l'Israélo-Argentin Daniel Barenboim, y donnait le coup d'envoi de cette fête géante. Dimanche, des centaines de personne attendaient devant l'édifice, près d'une scène où Peter Gabriel, fondateur du groupe Genesis, devrait interpréter Heroes, chanson composée quand il habitait Berlin-Ouest.

Berlin Brandenburg

© Reuters

La mémoire des victimes. Pour rendre hommage aux victimes du Mur, mortes en tentant de le franchir, des roses ont été apposées dessus. Difficile de savoir exactement combien de personnes sont décédées dans ces circonstances : dans toute l'ex-RDA, au moins 389 personnes ont péri en essayant de fuir, selon un chiffre officiel que les associations de victimes jugent sous-évalué.

Berlin Mur bandeau

© Reuters

La chancelière, ancienne citoyenne de l'Est. Angela Merkel, qui a grandi en RDA et habitait Berlin-Est en 1989, a confié son "sentiment indescriptible", le soir de la chute. "J'ai dû attendre 35 ans pour (le) ressentir (...) Je ne l'oublierai jamais", a dit la chancelière, qui a précisé que ce soir-là, elle rentrait du sauna quand elle a vu une foule se diriger vers l'Ouest et qu'elle a suivi le mouvement. Dans la matinée de vendredi, les députés du Bundestag s'étaient succédés à la tribune pour évoquer leurs souvenirs personnels qui prenaient une dimension historique.

Angela Merkel a participé tout le week-end à diverses cérémonies de commémorations, dont l'inauguration dimanche matin de la nouvelle exposition permanente du Mémorial du Mur. Elle s'est notamment tenue aux côtés de Klaus Wowereit, le maire de Berlin (qui doit quitter ses fonctions dans les semaines à venir). Nous avons toutes les raisons de nous réjouir et de fêter cet anniversaire", a dit l'édile.

Merkel Wowereit Berlin 1280

© Reuters

Une "frontière lumineuse" de 8.000 ballons. Depuis vendredi soir, une chaîne de 8.000 ballons lumineux dessine, sur une quinzaine de kilomètres, le tracé de l'ancien Mur, afin de ressusciter sa présence. Les ballons de la "Frontière lumineuse" ("Lichtgrenze") porteront les messages de 8.000 "parrains", récoltés via internet sur un site dédié. Symbole d'une frontière qui s'efface, ils seront finalement lâchés dimanche soir dans le ciel berlinois, au son du dernier mouvement de la 9e symphonie de Ludwig van Beethoven - l'Ode à la joie -, devenu l'hymne de l'Union européenne.

Berlin mur ballons

© Reuters

De nombreux concerts.  Dans la soirée, d'autres artistes se produiront, dont le vétéran du rock allemand, Udo Lindenberg, auteur en 1983 de "Sonderzug nach Pankow" ("Train spécial pour Pankow", du nom d'un quartier de Berlin-Est), dans lequel il raille le dernier des dirigeants absolutistes est-allemands, Erich Honecker, pour ne pas l'avoir autorisé à jouer en RDA. 

Également conviés, d'anciens dissidents au régime communiste de l'ex-RDA évoqueront leurs souvenirs de la nuit du 9 novembre 1989. En parallèle de ces festivités, Mikhaïl Gorbatchev, 83 ans, Prix Nobel de la paix, est en visite à Berlin. "Nous devons méditer les leçons du passé", a-t-il déclaré au cours d'une visite à Checkpoint Charlie, l'un des points de contrôle emblématiques de la partition de la ville, entre secteurs américain et soviétique.

Wolf Biermann, un célèbre poète et chanteur allemand, s'est produit au Berliner Ensemble, le théâtre de Bertold Brecht. Ce fils de résistant antinazi s'est engagé contre l'érection du mur de Berlin et a vu ses œuvres interdites en RDA. Ayant trouvé refuge à l'Ouest, qu'il critique durement, Wolf Biermann a été déchu de la nationalité est-allemande pour son travail dissident.

Berlin Biermann 1280

© Reuters

>> LIRE AUSSI - 24 ans après, les jeunes Allemands ont tourné la page