Beppe Grillo, le vrai vainqueur des élections

  • A
  • A
Beppe Grillo, le vrai vainqueur des élections
Le trublion Beppe Grillo a réussi à s'imposer dans la campagne pour les élections législatives en Italie.@ Reuters
Partagez sur :

PORTRAIT - Son parti, le Mouvement 5 étoiles, a réalisé une percée lors des élections en Italie.  

Il est la surprise de ce scrutin. Beppe Grillo, le trublion de la politique italienne, comparé à Coluche par certains, a recueilli 25,5% des voix lors des élections législatives en Italie, un score supérieur à ce qu'anticipaient les observateurs. Cet humoriste qui a lancé son Mouvement 5 Etoiles (M5S) en 2009 a réussi à s'imposer dans le paysage politique. Pendant la campagne, ce blogueur ouvertement populiste et capable des pires dérapages a fait salle comble à chaque étape de son "Tsunami Tour".

>> A lire aussi : Les gagnants et les perdants du scrutin

"Nous serons 110 à l'intérieur". Après l'annonce des résultats, Beppe Grillo a assuré sur son blog : "nous serons 110 à l'intérieur" du Parlement, au Sénat et à la Chambre des députés, "et plusieurs millions dehors". "Nous serons une force extraordinaire. Nous ferons tout ce que l'on a dit", a-t-il encore affirmé, citant notamment le "revenu de citoyenneté" de 1.000 euros par personne et par mois pour les personnes sans emploi ou sans ressources. Dans son programme figurent aussi des réductions d'impôts pour les petites industries.

A Rome, des partisans de Beppe Grillo :

partisans de beppe grillo

© EMMANUEL FAUX/EUROPE 1

Qui est-t-il ? Beppe Grillo est inclassable. Sorte de libertarien, l'ex-comique est le nouveau pourfendeur de la classe dirigeante. Il est devenu, en l'espace de quelques mois, le chantre de la démocratie participative pour régler les affaires publiques. Comptable de formation né à Gênes, Beppe Grillo arrive presque par hasard en politique. Il s'est d'abord fait repérer comme comédien lors d'un concours d'improvisation. Son succès est fulgurant. Il devient animateur d'émissions de variété et apparaît des pubs pour des yaourts. 

Grillometro sur la Rai 2 en 1985 :

Des talents d'orateur qu'il exploitera à merveille dans de nombreux one man show où il rabâche ses thèmes fétiches : les politiciens sont tous corrompus !

Son one man show sur la Rai en 1986 :

"Vaffanculo". Son premier fait d'armes en politique remonte au 8 septembre 2007 lorsqu'il participe à la V-Day Celebration (V pour "Vaffanculo" en italien qui veut dire "va te faire foutre"). La fête a réuni plus de deux millions d'Italiens autour de la volonté de "changement". Ce jour-là, il va lancer un pavé dans la marre en projetant à l'écran les noms de politiciens italiens condamnés pour corruption ou évasion fiscale. Beppe Grillo attire de plus en plus les caméras. En 2005, il est cité par le magazine américain Time comme étant un des "héros européens" de l'année. Et c'est sur son blog et sur les réseaux sociaux qu'il poursuit son combat anti-corruption.

beppe grillo 930

© Reuters

Suppression des syndicats…et du Parlement. En plein tournée électorale, le fameux "Tsunami Tour", Beppe Grillo mène une campagne "à l'ancienne". Pendant que Silvio Berlusconi a déjà fait 60 émissions de télé en deux semaines, le candidat de "Mouvement cinq étoiles" sillonne l'Italie au volant de son camping-car, rapporte le correspondant du Monde en Italie. Il faut campagne sur les thèmes qui lui sont chers : la démocratie directe, l'écologie et la décroissance.

Mais de l'autre côté des Alpes, il est loin de faire l'unanimité, surtout au sein de la classe politique. Car Beppe Grillo est capable du meilleur comme du pire. Ses phrases chocs ont fait le tour des médias italiens. Le 19 janvier dernier, il récidive avec cette proposition : "éliminons les syndicats qui sont une structure vieille comme les partis !". Puis il en remet une couche quelques jours plus tard : "l'Italie est l'alliée de la France qui bombarde le Mali. Si Al-Qaïda se fâche, nous subirons des représailles. On va leur donner des coordonnées exactes : 41°54 latitude nord (…) C'est dans une petite ville riante, un peu au sud de Bologne… à Rome, le Parlement !", lance le nouveau "clown" de la politique italienne avant d'ajouter pétri de certitudes : "mais qu'ils le fassent avant le 25 février. Après nous serons là !". Un discours qui semble avoir séduit les Italiens, qui ont en effet offert à son M5S une place de choix au Parlement.