Benoît XVI en pèlerinage espagnol

  • A
  • A
Benoît XVI en pèlerinage espagnol
@ REUTERS
Partagez sur :

Le pape est en visite de deux jours en Espagne. Sa visite a débuté à Saint-Jacques de Compostelle.

Benoît XVI passe le week-end en terres espagnoles. Le pape a entamé sa deuxième visite en Espagne depuis le début de son pontificat par un haut lieu des pèlerinages chrétiens depuis le Moyen-Age, Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le nord du pays. Il a donné une messe samedi après-midi sur la place Obradoiro.

Le pape Benoît XVI a appelé samedi l'Europe à retrouver ses "racines chrétiennes" et mis en garde contre un retour à l'anticléricalisme "agressif" des années 30 en Espagne. "C'est une tragédie qu'en Europe, surtout au 19ème siècle, se soit affirmée et diffusée la conviction que Dieu est l'adversaire de l'homme et l'ennemi de sa liberté", a déclaré le pape lors de la messe. "L'Europe doit s'ouvrir à Dieu, sortir sans crainte à sa rencontre", a-t-il expliqué.

Le pèlerinage, ce n’est pas du tourisme

Le pape s’est aussi directement adressé à ceux qui veulent entamer le périple menant à Saint-Jacques de Compostelle - un parcours de plusieurs centaines de kilomètres dans le nord de l'Espagne et la France - et qui attire aujourd'hui un nombre croissant de non-croyants.

"Aller en pèlerinage ne signifie pas simplement visiter un lieu quelconque pour admirer ses trésors naturels, artistiques ou historiques", a déclaré Benoît XVI à l'issue de sa visite de la cathédrale de Saint-Jacques et après s’être recueilli devant la tombe de l'apôtre Saint-Jacques. "Aller en pèlerinage signifie plutôt nous extraire de nous-mêmes pour aller à la rencontre de Dieu là où il s'est manifesté, là où la grâce divine s'est montrée avec une splendeur particulière", a souligné le pape.

"Ne pas se préoccuper que des besoin matériels"

Benoît XVI a profité de cette étape pour rappeler son opposition à l'avortement, légalisé par le gouvernement socialiste de José Luis Zapatero, qui l'a autorisé cette année à la demande et sans consentement des parents jusqu'à la 14e semaine de grossesse. L’Espagne a aussi adopté une loi sur le mariage homosexuel, ce qui en fait l'un des pays d'Europe les plus avancés dans ce domaine tout comme celui de l’avortement. Deux lois qui ont provoqué les foudres de l'Eglise.

L'Europe "ne doit pas seulement se préoccuper des besoins matériels des gens mais aussi de leurs besoins moraux, sociaux, spirituels et religieux car ce sont tous des exigences authentiques de notre humanité commune", a expliqué Benoît XVI. Le pape a aussi appelé à une "rencontre entre la foi et la laïcité et pas à une confrontation" et estimé que l'affrontement entre "foi et modernité" était "très vivace" en Espagne. Le pays est traditionnellement catholique mais la religion est en recul.

Suite de la visite à Barcelone

Le pape est arrivé dans la soirée de samedi à Barcelone, dernière étape de ce voyage de deux jours, où il consacrera dimanche la basilique de la Sagrada Familia, le chef d'oeuvre de l'architecte catalan Antoni Gaudi, toujours en chantier depuis sa fondation en 1882. Les flèches de la basilique restent inachevées. Le pape s'adressera dimanche aux fidèles en catalan.

Benoit XVI attendu par les homos

La visite de Benoît XVI en Espagne ne fait pas l'unanimité. Dans ce pays où la tradition cohabite parfois difficilement avec les bouleversements de la société, des groupes de défenseurs de la laïcité, simples citoyens, athées, militants de la cause homosexuelle ou féministe ont fait campagne contre sa venue. Dimanche matin à Barcelone, le pape pourrait être accueilli par des homosexuels s'embrassant sur son passage. Il s’agit d’un événement éclair "de deux minutes" organisé via Facebook.

Aujourd'hui, 73% des Espagnols se disent catholiques, contre 80% il y a huit ans.