Benoît XVI dénonce une "manipulation de la religion"

  • A
  • A
Benoît XVI dénonce une "manipulation de la religion"
Partagez sur :

Devant des dignitaires religieux musulmans dans la plus grande mosquée jordanienne, le pape s'est élevé en faux contre ceux qui "soutiennent" que "la religion est nécessairement une cause de division".

Dans l'enceinte de la plus grande mosquée de Jordanie, à Amman, Benoît XVI a dénoncé samedi la "manipulation idéologique de la religion" à des fins politiques qui peut déboucher sur des violences. Parlant devant des dignitaires religieux musulmans et n'ayant pas eu besoin de retirer ses chaussures puisqu'un parcours dédié ne le nécessitant pas avait été préparé, le pape s'est élevé en faux contre ceux qui "soutiennent" que "la religion est nécessairement une cause de division dans notre monde" et "prétendent que, moins d'attention est prêtée à la religion, (...) mieux cela est".

Dans la mosquée, le pape n'a pas eu à respecter le protocole habituel : les organisateurs lui avaient prévu un parcours spécial. Le reportage d'Antoine-Marie Izoard.



Admettant "l'existence de tensions et de divisions entre les membres des différentes traditions religieuses", Benoît XVI a affirmé que "c'est souvent la manipulation idéologique de la religion, parfois à des fins politiques, qui est le véritable catalyseur des tensions et des divisions, et parfois même des violences dans la société". Il revient ainsi, sans les citer, sur ses propos tenus en 2006 qui semblaient assimiler islam et violence.

Plus tôt, le pape s'est rendu sur le mont Nébo, le site où Moïse, selon l'Ancien Testament, découvrit la Terre promise avant de mourir. Du sommet, Benoît XVI a pu contempler, à l'instar du prophète biblique, le Jourdain jusqu'à Jéricho et les collines de Jérusalem, avec sur sa gauche, la mer Morte perdue dans la brume.

Le voyage de Benoît XVI, présenté comme un pèlerinage en Terre sainte, a valeur politique, dans l'objectif d'équilibrer les relations du Vatican avec les juifs et les arabes et de redorer l'image de l'Eglise catholique auprès des musulmans. Vendredi, à son arrivée à Amman, Benoît XVI avait salué le travail accompli par le roi Abdallah pour "promouvoir une meilleure compréhension des vertus revendiquées par l'islam". Le pape doit séjourner jusqu'à lundi en Jordanie, avant de se rendre en Israël et dans les territoires palestiniens.

> Le programme du pèlerinage du pape en Terre sainte

> La reine Rania en direct sur Twitter pour la visite du pape

> Benoît XVI prend la défense des chrétiens d'Irak