Benghazi : l’attaque filmée par un drone

  • A
  • A
Benghazi : l’attaque filmée par un drone
@ REUTERS
Partagez sur :

Selon CBS News, ces images auraient dû permettre l’envoi de troupes plus rapidement.

Pourquoi ne sont-ils pas intervenus plus tôt ? Alors que la campagne présidentielle entre dans sa dernière ligne droite, une question demeure sur la gestion, par l'administration américaine, de l’attaque du consulat de Benghazi, en septembre dernier, qui a coûté la vie à l’ambassadeur américain.

L’attaque, menée par Al-Qaïda, avait eu lieu peu après 21h30 le 11 septembre dernier lors d'une manifestations contre un film jugé anti-islam. Il avait fallu plusieurs heures aux troupes américaines pour intervenir. Quatre ressortissants américains, dont l'ambassadeur en Libye ont été tués cette nuit-là.

Les images en direct

Selon les informations recueillies par la chaîne de télévision américaine CBS News, un drone aurait filmé les dernières heures de l’attaque et retransmis en direct les images à la Maison-Blanche. Un dispositif qui aurait dû permettre à l’administration Obama de réagir plus tôt et peut-être de sauver des vies.

La Maison-Blanche n’aurait pas réagi assez vite :

Ni Washington, ni le Pentagone n’ont souhaité détailler quelles étaient leurs options militaires au moment où l’attaque a été filmée et reportée à la Maison-Blanche. Une source, à la Maison-Blanche, aurait confié à la chaine américaine qu’au début de l’attaque le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, "aurait envisagé les différentes possibilités", mais les troupes auraient pu être envoyées beaucoup plus rapidement.

"Ils n’ont rien fait. Ils sont restés là"

C’est le point de vue que défend Gary Berntsen, un ancien membre de la CIA qui a mené de nombreuses missions anti-terroristes. Pour cet ex-officier il est clair que les troupes américaines auraient pu agir plus tôt et ainsi sauver au moins les vies de deux Américains tués six heures après le début de l’attaque. "Ils n’ont rien fait. Ils sont restés là, à regarder nos hommes mourir", a-t-il commenté sur CBS News.

Une nouvelle polémique qui vient s’ajouter à celle provoquée par des informations selon lesquelles Washington aurait ignoré plusieurs demandes de renforcement de la sécurité de la mission diplomatique, dans le passé. Polémique que la secrétaire d'Etat a essayé de désamorcer.  "Je dirige les plus de 60.000 employés du Département d'Etat à travers le monde", avait dit Hillary Clinton, depuis le Pérou où elle était en visite.

"Le président et le vice-président ne peuvent pas être tenus au courant de toute décision prise par les professionnels de la sécurité. Ce sont sur leurs épaules que reposent toutes les menaces, tous les risques et ils doivent prendre des décisions mûrement réfléchies", avait-elle ajouté.