Ben Laden, un chef bien seul

  • A
  • A
Ben Laden, un chef bien seul
@ MaxPPP
Partagez sur :

ZOOM - La divulgation de documents déclassifiés  laissent entrevoir la solitude du leader d'Al-Qaïda.

"Une mine d'or". Voilà sur quoi les Navy Seals ont mis la main lors de l'opération commando du 2 mai 2011 lors de laquelle Oussama Ben Laden a été tué, selon le Combating Terrorism Center (CTC), qui a mis les documents en ligne. Des dizaines de disques durs, des ordinateurs et des clés USB représentant des milliers de documents ont été saisis ce jour-là par les troupes américaines.

Durant les douze mois écoulés depuis, un centre de recherches de l'armée américaine a longuement étudié les documents saisis, dont le plus ancien remonte à septembre 2006 et le plus récent à avril 2011. Ces 17 documents déclassifiés (197 pages en anglais au total) un an après la mort du chef d'Al-Qaïda et dont certains ont été mis en ligne mercredi, montrent les difficultés rencontrées par Ben Laden pour garder la mainmise sur l'appareil terroriste. Europe1.fr revient les principaux enseignements de ces nouvelles publications.

02.05.Obama.Afghabistan.Kaboul.930.620

© REUTERS

Abattre Obama, un objectif. Tuer celui qui est "à la tête des infidèles". C'est l'objectif que se fixe Ben Laden en mai 2010. Pour cela, il propose d'abattre l'avion de Barack Obama à l'occasion de son arrivée en Afghanistan ou au Pakistan. Il justifie de s'en prendre au président américain parce que sa mort propulserait son vice-président Joe Biden à la tête des Etats-Unis. Or selon lui, "Biden n'est absolument pas préparé à assumer la présidence, ce qui conduira les Etats-Unis dans une crise".

07.05.Ben.Laden.930.620

© REUTERS

Ben Laden craignait des "victimes inutiles". L'image que renvoit Al-Qaïda et ses différentes branches inquiète Ben Laden. Ce dernier se plaint que les attentats provoquent des "victimes civiles inutiles" et ont pour conséquence de se mettre la population musulmane à dos. Pour éviter que trop de civils soient touchés par les attaques de la nébuleuse, son chef va jusqu'à demander "à chaque émir dans les régions de faire extrêmement attention à contrôler le travail militaire" et "d'annuler d'autres attaques en raison de victimes civiles inutiles possibles", selon ses écrits de mai 2010.

al-Zawahiri

© REUTERS

Des divisions internes. Al-Qaïda n'était pas une maison calme. Certaines lettres d'Oussama Ben Laden font ressortir les divisions au sein de l'organisation terroriste. Un courrier dénonce la violence incontrôlée du Mouvement des talibans du Pakistan et les privilèges que s'est arrogé son chef Hakimullah Mehsud. Dans une autre missive, l'ennemi n°1 des Etats-Unis rejette une demande d'affiliation de la part des shebabs somaliens sous la bannière d'Al-Qaïda. En retour, il essuie les critiques implicites d'un autre haut-responsable d'Al-Qaïda, sans doute Ayman al-Zawahiri (photo), qui lui succèdera à la tête de la nébuleuse.

taliban

Djihadistes jugés "incompétents". Le Combating Terrorism Center (CTC), qui a mis en ligne jeudi les 17 documents déclassifiés, est formel : " Ben Laden n'était pas, comme beaucoup le pensaient, celui qui tire les ficelles des groupes djihadistes à travers le monde. Il était accablé par ce qu'il considérait comme leur incompétence", écrit le fonds de recherche privé financé par l'Académie militaire.

Un nouveau nom pour Al-Qaïda. Dans une autre lettre, non datée et non signée celle-là, l'auteur s'interroge sur l'opportunité pour Al-Qaïda de changer d'appellation car celle-ci n'a pas de connotation islamique. "Ce nom ne permet pas faire savoir aux musulmans que nous le sommes et permet à l'ennemi de clamer de façon erronée qu'il n'est pas en guerre avec l'islam et les musulmans, mais qu'il est en guerre avec l'organisation Al-Qaïda", écrit Oussama Ben Laden. Il propose plusieurs noms alternatifs parmi lesquels celui de Parti pour l'unification de la nation islamique ou celui de Groupe de libération d'Al-Aqsa (site saint de l'islam à Jérusalem).