Belgique : l'hommage aux victimes

  • A
  • A
Belgique : l'hommage aux victimes
@ Max PPP
Partagez sur :

Des milliers de Belges se sont réunis à Heverlee, d’où sont originaires la majorité des enfants tués.

Emotion et stupeur en Belgique. Le pays est en deuil après l'accident de car qui a tué 28 personnes, dont 22 enfants, en Suisse, mercredi matin. Tous les blessés ont été identifiés. Parmi les enfants tués, 17 étaient originaires de Heverlee, une petite ville située à une dizaine de kilomètres de Bruxelles. Les sept autres blessés proviennent de l'école primaire de Lommel.

Les familles des victimes du tragique accident sont arrivées en Suisse mercredi. Mais à Heverlee, une cérémonie a été organisée dans la soirée en l'hommage des victimes scolarisées à l'école privée Saint-Lambert.

"Ca aurait pu être les miens"

Près d'un millier de personnes se sont ainsi réunies à l'église Saint-Pierre de Louvain. Les larmes aux yeux, la voix tremblante d'émotion, le curé de la paroisse évoque le souvenir de ces écoliers qu'il côtoyait chaque jour. "Le chant, la prière, les bougies qu'on allume, en soit, elles sont dérisoires. Mais c'est une manière de dire : on est là, on prie avec vous, et on garde la flamme de l'espérance", confie le curé André Léonard.

Des familles entières sont venues partager la douleur des parents et des enfants. Une vraie communion nationale, au-delà des clivages communautaires. "On ne peut rien faire mais bon, c'est déjà quelque chose, être présent, montrer que l'on pense à eux. C'est des petits Belges, j'ai aussi deux enfants, ça aurait pu être les miens", commente une mère de famille au micro d'Europe 1.

"Je ne vois pas d'explication"

Dans le pays, tout le monde attend des réponses sur les causes, voire les responsabilités de chacun dans cet accident. "Autant de victimes, ça reste incompréhensible. Comment est-ce-que le chauffeur du car n'a pas pu, au dernier moment, ne serait ce que braquer à gauche pour éviter de se prendre le mur ? Je ne vois pas d'explication, aucune idée", réagit un père de famille interrogé par Europe 1.

Pour l'heure, les causes de l'accident ne sont pas déterminées. Une enquête est en cours, a indiqué mercredi le premier procureur du canton, Olivier Elsig. Trois hypothèses sont évoquées : un défaut technique du car, un malaise du chauffeur et une erreur humaine. Le véhicule, qui transportait les élèves de retour de classe de neige, a percuté le mur d'un tunnel près de Sierre, dans le Valais.

Jeudi matin marque une nouvelle épreuve pour les enseignants de l'école Saint-Lambert de Heverlee. Ils doivent en effet  expliquer aux enfants que certains de leurs camarades ne reviendront jamais en classe.