Belgique : deux nouvelles inculpations liées aux attentats du 13-Novembre à Paris

  • A
  • A
Belgique : deux nouvelles inculpations liées aux attentats du 13-Novembre à Paris
Deux personnes ont été inculpées dans le cadre des attentats du 13-Novembre@ LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA / AFP
Partagez sur :

Les deux inculpés sont soupçonnés d'avoir fourni de faux documents pour la préparation des attentats de Paris.

La justice belge a procédé à deux nouvelles inculpations dans l'enquête sur les attentats qui avaient fait 130 morts le 13 novembre 2015 à Paris, revendiqués par le groupe État islamique, a annoncé jeudi le parquet fédéral belge.

Deux complices d'un terroriste. Farid K. et Meryem E. B., interpellés mardi, "sont soupçonnés d'avoir fourni à Khalid El Bakraoui des faux documents utilisés lors de la préparation des attentats de Paris", a précisé le parquet fédéral. Bakraoui est un des trois kamikazes qui s'étaient fait exploser lors des attentats de Bruxelles le 22 mars 2016 (32 morts), des attaques perpétrées par la même cellule djihadiste que celle à l'origine du 13 novembre.

Farid K. a été inculpé "du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste et de faux et usage de faux en écriture", puis a été incarcéré, a précisé le communiqué. De son côté, "Meryem E. B. a été inculpée de faux et usage de faux en écriture et remise en liberté moyennant le respect de conditions", a-t-il ajouté.

Parmi la vingtaine de personnes inculpées : Salah Abdeslam. Une vingtaine de personnes au total ont été inculpées depuis novembre 2015 dans le volet belge de l'enquête sur les attentats parisiens, préparés depuis la Belgique. Elles sont principalement suspectées d'avoir fourni une aide logistique aux commandos du 13 novembre (transport ou location de planques en Belgique) ou d'avoir aidé Salah Abdeslam, seul survivant des commandos, dans sa cavale de quatre mois. 

Ce dernier, actuellement incarcéré en France, avait été arrêté le 18 mars 2016 dans la commune bruxelloise de Molenbeek, précipitant les attentats de Bruxelles commis quatre jours plus tard par d'autres membres de la cellule djihadiste.