Barack Obama de retour dans l'arène politique

  • A
  • A
Barack Obama de retour dans l'arène politique
Lors de deux meetings, le 44e président américain pourrait être tenté de planter de critiquer l'action de son successeur Donald Trump. Image d'illustration. @ PABLO GASPARINI / AFP
Partagez sur :

Jeudi, l'ancien président américain est attendu dans deux meetings politiques en soutien à des candidats démocrates. 

Depuis qu'il a quitté la Maison-Blanche, il est resté discret, se gardant de critiquer frontalement Donald Trump. Barack Obama remet pour la première fois le pied dans l'arène politique américaine jeudi.

Deux meetings de campagne. L'ancien président démocrate est attendu à deux réunions de campagne, la première dans l'Etat du New Jersey, la seconde en Virginie. Barack Obama, 56 ans, y apportera son soutien au candidat de son parti au poste de gouverneur. Ces deux scrutins se dérouleront le 7 novembre, un an après le coup de tonnerre mondial qu'a représenté la victoire de Donald Trump à la présidentielle.

Des échéances électorales rares. Mais l'importance de ces rendez-vous tient surtout à leur rareté : les Américains sont peu consultés avant les échéances électorales de mi-mandat, en 2018. "Il y a seulement deux grosses élections cette année, pour le poste de gouverneur du New Jersey et celui de la Virginie", explique le professeur de sciences politiques Larry Sabato. "Tout l'enjeu est de décrocher une position avantageuse dans la perspective des élections de mi-mandat de 2018", souligne-t-il.

Va-t-il étriller Trump ? Depuis qu'il a quitté ses fonctions le 20 janvier, le premier président noir des Etats-Unis s'est tenu à l'écart du débat politique. Après s'être offert trois mois de vacances, Barack Obama s'est attelé à la rédaction de ses mémoires, n'a que peu parlé en public et n'a donné pratiquement aucune interview. Les rares fois où il a estimé devoir briser ce silence, il l'a fait sur des sujets d'importance nationale, comme l'immigration, la couverture santé ou la lutte pour le climat. Mais en retrouvant jeudi une ambiance de meeting face à des militants démocrates auprès desquels il a conservé une excellente cote, le 44e président américain pourrait être tenté de planter quelques banderilles dans l'échine de Donald Trump.