Bangui : un parlementaire tué, l'armée française déployée

  • A
  • A
Bangui : un parlementaire tué, l'armée française déployée
@ REUTERS
Partagez sur :

CENTRAFRIQUE - Un membre du parlement provisoire a été assassiné dimanche. Les soldats français de l'opération Sangaris sont en action.

L'info. Un membre du parlement provisoire centrafricain a été assassiné dimanche à Bangui par des inconnus. Un assassinat qui intervient au lendemain d'une dénonciation publique des violences contre les ressortissants "cosmopolites" de sa région. Au moins dix personnes ont été tuées depuis samedi soir dans un quartier du centre-ville de Bangui, capitale de la république de la Centrafrique, où des pillages ont eu lieu dimanche matin avec des bâtiments incendiés. Des soldats français de l'opération Sangaris, accompagnés de gendarmes centrafricains, ont pris position dans le quartier livré aux pillages.

Un parlementaire tué au lendemain d'un brillant discours. Jean-Emmanuel Ndjaroua, représentant la région de la Haute Kotto au Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire), a été assassiné dimanche après-midi dans le 4e arrondissement de Bangui. Selon de premiers témoignages non confirmés, Jean-Emmanuel Ndjaroua aurait été tué par balles par des agresseurs circulant à moto. Samedi, le parlementaire assassiné avait fait une intervention remarquée devant le CNT dans laquelle il s'était élevé contre les violences dont sont victimes les ressortissants "cosmopolites" de sa région, autrement dit les musulmans.

Onze morts depuis samedi. Cet assassinat porte à au moins onze le nombre de personnes tuées depuis samedi soir à Bangui, où des pillages de grande ampleur ont été constatés dans le centre-ville. Les violences ont en effet débuté samedi dans la soirée aux abords de la mairie du 5e arrondissement, avec cinq personnes tuées dans des circonstances non établies dans l'immédiat, puis trois autres dans des affrontements intercommunautaires et une neuvième par des soldats de la force africaine, selon ces témoins. Selon la Ligue centrafricaine des droits de l'Homme, le domicile de l'ancien ministre de la Justice Arsène Sené a également été pillé dimanche, et un magistrat blessé.

Des violences inter-religieuses. Selon des habitants, des musulmans ont attaqué samedi soir dans le quartier. Dimanche matin, une femme chrétienne de ce quartier mixte a également été tuée, a raconté l'un d'eux, Innocent. Son agresseur a été capturé par une foule, tué et son cadavre brûlé devant la mairie, où son corps calciné gisait dans la matinée. Un autre civil musulman a également été tué par de présumés miliciens chrétiens anti-balaka. Les soldats rwandais de la force africaine (Misca) installés dans la mairie ont alors ouvert le feu, tuant un agresseur, devant une foule surexcitée qui criait "dehors les Rwandais".

Assassinats,et pillages restent le lot quotidien en Centrafrique. La Centrafrique a sombré dans le chaos depuis la prise du pouvoir à Bangui de Michel Djotodia par les armes en mars 2013 à la tête de la coalition rebelle Séléka à dominante musulmane et contraint à la démission le 10 janvier pour son incapacité à mettre fin aux violences. Assassinats, lynchages et pillages restent en effet le lot quotidien en Centrafrique malgré les efforts de 1.600 soldats français de l'opération Sangaris et de 5.500 militaires africains de la Misca pour rétablir l'ordre dans la capitale où

A lire aussi

REPORTAGE - Centrafrique : quand les ennemis fraternisent

PORTRAIT - Qui est la nouvelle présidente de Centrafrique ?