Bangladesh : trois tués lors d'une prière pour l'Aïd el-Fitr

  • A
  • A
Bangladesh : trois tués lors d'une prière pour l'Aïd el-Fitr
@ STR / AFP
Partagez sur :

Plusieurs explosions et une fusillade ont eu lieu jeudi lors d'un rassemblement fêtant l'Aïd el-Fitr, dans le nord du Bangladesh. Deux policiers et une femme ont été tués.

Des islamistes présumés ont lancé jeudi une attaque meurtrière lors d'un important rassemblement de fidèles célébrant la fin du ramadan dans le nord du Bangladesh, un nouvel épisode de violences quelques jours après le massacre de 20 otages à Dacca.

Neuf policiers blessés. Deux policiers et une femme ont étés tués dans des explosions et une fusillade survenus près d'un lieu de prière où au moins 250.000 personnes étaient rassemblées pour l'Aïd el-Fitr dans le district de Kishoreganj, selon les autorités. Un assaillant a trouvé la mort. "Deux policiers, un assaillant et une femme touchée pendant la fusillade ont été tués", a dit le porte-parole de la police nationale, A.K.M. Shahidur Rahman. "Neuf policiers ont été blessés. Ils sont dans un état critique et ont été emmenés dans un hôpital militaire à Dacca".

De petites bombes. Un groupe d'au moins trois assaillants ont lancé de petites bombes vers la police à un poste de contrôle situé à l'extérieur du lieu de prière, à quelque 150 km au nord de Dacca, selon un autre responsable policier. Un millier de policiers étaient en poste à Kishoreganj au moment de l'attaque. "Ils ont jeté de petites bombes vers nous et nous avons riposté en tirant. Une fusillade s'en est suivi et ils ont lancé de nouvelles bombes", a dit Tofazzal Hosain, responsable adjoint de la police du district.

Quelques jours après l'attentat de Dacca. Deux djihadistes ont été arrêtés, dont un blessé par balles, et un pistolet et une machette ont également été retrouvés. Le rassemblement, connu sous le nom de Sholakia Eid, est le plus important organisé pour l'Aïd au Bangladesh, pays dont 90% de la population est musulmane. Cette attaque n'a pas été revendiquée dans l'immédiat mais elle intervient moins d'une semaine après le massacre à coups de machette de 20 otages, dont 18 étrangers, dans un restaurant d'un quartier huppé de Dacca revendiqué par l'organisation Etat islamique. Deux policiers avaient également trouvé la mort.