Baltimore : six policiers arrêtés pour la mort de Freddie Gray

  • A
  • A
Baltimore : six policiers arrêtés pour la mort de Freddie Gray
@ AFP/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/Andrew Burton
Partagez sur :

ARRESTATIONS - Les six officiers de police impliqués dans l'arrestation du jeune homme noir vont être poursuivis. Freddie Gray est mort d'une lésion des cervicales.

La justice américaine va poursuivre six officiers de police de Baltimore, a annoncé vendredi la procureure de la ville. Les policiers sont impliqués dans l'arrestation de Freddie Gray. Le jeune homme de 25 ans est mort le 19 avril d'une grave lésion des cervicales, une semaine après une arrestation musclée à Baltimore, dans l'Etat du Maryland.

La magistrate a par ailleurs qualifié la mort de Freddie Gray "d'homicide". Déjà suspendus de leurs fonctions, les policiers impliqués devront répondre de plusieurs chefs d'inculpation, dont ceux de "violences volontaires" et de "meurtre". Des médias ont publié les photos des six agents inculpés, dont trois sont noirs. Cinq d'entre eux sont en détention, selon la maire de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake. Six selon des médias locaux. Un des officiers, le chauffeur du fourgon, risque jusqu'à trente ans de prison.

Une annonce saluée. L'annonce de ces poursuites, faite devant la foule à Baltimore, a été accueillie par des hurlements de joie.



Les poursuites pour "meurtre" et "violences volontaires" ont été, par ailleurs, saluées par la famille de la victime. "Nous remercions la procureure et son équipe pour leur courage sans précédent, et leur réponse mesurée et professionnelle à cette crise", a déclaré un avocat de la famille, William Murphy. 

 Barack Obama a jugé vendredi "absolument crucial" que la lumière soit faite. "La justice doit passer, les habitants de Baltimore veulent la vérité", a réagi le président des Etats-Unis.

Un décision précipitée, juge le syndicat de la police. La décision de la magistrate a été cependant vivement jugée par Michael Davey, l'avocat du syndicat de police local, comme une décision précipitée. "Je n'ai jamais vu un tel empressement à engager des poursuites", a-t-il dénoncé. "Nous sommes convaincus que ces agents seront exonérés, car ils n'ont rien fait de mal", a-t-il ajouté, en précisant qu'il "espérait (que l'enquête) soit suivie par un procureur indépendant".

La colonne vertébrale sectionnée. Le jeune homme avait été arrêté (illégalement, précise la magistrate) dans la rue par une brigade de police. Une vidéo le montre hurler de douleur alors que deux agents le traînaient dans un fourgon. La police de Baltimore avait reconnu avoir tardé à lui fournir des soins. La procureure a ajouté que Freddie Gray avait, en vain, demandé plusieurs fois à voir un médecin pendant son trajet. Sa ceinture de sécurité n'était pas attachée et ses jambes entravées, a également ajouté Marilyn Mosby. Il n'avait donc aucun moyen de se protéger des soubresauts de la route. Six fois, le fourgon s'est arrêté, sans que l'on sache exactement ce qui s'est déroulé à l'intérieur.

Après une semaine d'hospitalisation, il était mort, sa colonne vertébrale sectionnée à 80% au niveau des cervicales et sa trachée écrasée, avaient indiqué des médecins.

Cette nouvelle bavure policière avait jeté des milliers d'Afro-américains dans les rues de cette ville de la côte est des Etats-Unis, passée sous contrôle de la garde nationale.

>> LIRE AUSSI - Emeutes à Baltimore : "Un vrai souci avec la police américaine"

>> LIRE AUSSI - Emeutes à Baltimore : une mère sermonne son fils en public

>> LIRE AUSSI - EN IMAGES - Emeutes : Baltimore à feu et à sang