Bali : le volcan crache des cendres et l'aéroport reste fermé

  • A
  • A
Partagez sur :

Alors que 445 vols ont déjà été annulés, l'aéroport de l'île de Lombok, très utilisé par les touristes, a aussi été fermé. 

L'aéroport international de Bali, haut lieu du tourisme en Indonésie, était fermé mardi pour le second jour consécutif à cause du risque d'éruption d'un volcan qui crache d'immenses panaches de cendres, bloque des milliers de touristes et provoque des évacuations massives.

Des couloirs aériens "pleins de cendres". Des dizaines de milliers d'habitants effrayés ont fui leur maison aux alentours du mont Agung, où les autorités ont décrété le niveau d'alerte maximum et prévenu qu'il pourrait connaître une éruption majeure à tout moment. Le volcan émet des spectaculaires colonnes d'épaisse fumée grise depuis plusieurs jours et les avions resteront cloués au sol jusqu'à au moins mercredi matin. "Le Centre d'avis en cendres volcaniques de Darwin (Australie) montre que les couloirs aériens sont pleins de cendres volcaniques, c'est dangereux pour les avions", a expliqué Wisnu Darjono, de l'agence de contrôle aérien AirNav.

Déjà 445 vols annulés. Lundi soir, environ 445 vols avaient été annulés à l'aéroport international de Denpasar, capitale de Bali, destination touristique mondiale avec des millions de visiteurs chaque année. Plus de 59.000 voyageurs ont été affectés. L'aéroport de l'île de Lombok, autre destination touristique très prisée à l'est de Bali, avait également fermé dimanche après-midi car le vent poussait les cendres dans sa direction, avant de rouvrir le lendemain. 

40.000 personnes déjà évacuées. Si 40.000 personnes ont déjà quitté la zone de danger établie autour du mont Agung, les autorités estiment qu'un total de 100.000 habitants pourraient devoir s'éloigner. La zone d'exclusion autour du volcan, situé à 75 kilomètres de la station balnéaire touristique de Kuta, a été élargie à 10 km et les habitants vivant à l'intérieur de cette zone ont été priés d'évacuer. La dernière éruption du mont Agung, en 1963, avait fait 1.600 morts, l'une des plus meurtrières dans un pays qui compte près de 130 volcans actifs.