Avalanche en Italie : dix survivants repérés sous les décombres de l'hôtel dévasté, quatre enfants sauvés

  • A
  • A
Avalanche en Italie : dix survivants repérés sous les décombres de l'hôtel dévasté, quatre enfants sauvés
Les secouristes ont commencé à extraire les survivants des décombres.@ Vigili del Fuoco / AFP
Partagez sur :

Les pompiers ont annoncé vendredi avoir identifié un total de dix survivants deux jours après l'avalanche qui a dévasté un hôtel du centre de l'Italie.

Les dizaines de secouristes qui fouillaient sans relâche l'hôtel dévasté par une avalanche mercredi dans le centre de l'Italie ont retrouvé vendredi dix survivants, 48 heures après le drame. Selon la presse italienne, cinq d'entre eux ont déjà retrouvé la surface. Il en reste autant à ramener à l'air libre, tandis que des dizaines de personnes restent disparues.

Les quatre enfants qui étaient portés disparus ont été sauvés, a confirmé la Croix-Rouge vendredi en début de soirée, après le sauvetage de trois d'entre eux dans l'après-midi. Un petit garçon de sept ans, de même que sa mère, avaient déjà été arrachés vivants en fin matinée de l'amas de neige et de débris de l'hôtel Rigopiano, situé à flanc de montagne dans les Abruzzes.

Six survivants ont été retrouvés en fin de matinée dans une poche d'air. L'un est blessé, mais une mère et son fils ont pu être extraits des décombres et conduits à l'hôpital, a expliqué à l'AFP Luca Cari, porte-parole national des pompiers. Quatre autres personnes en vie ont été repérées dans l'après-midi à un autre endroit, a-t-il ajouté , sans plus de précisions, devant la presse au QG des secours à Penne, à une quinzaine de kilomètres en contrebas de l'hôtel.

Après le drame, "euphorie" pour les survivants. Les pompiers ont diffusé des images de la mère et de l'enfant émergeant, sous les applaudissements des secouristes, d'un trou creusé dans la neige pour atteindre l'hôtel enseveli.

Marco Bini, un secouriste de la police ayant participé au sauvetage des six survivants en fin de matinée raconte : "Nous avons vu de la fumée, il y avait des petits feux dans les décombres, et là où il y a du feu c'est qu'il y a de l'air alors nous avons commencé à creuser". "Leurs visages disaient tout, c'était comme une nouvelle naissance pour eux", a-t-il expliqué, en évoquant aussi "l'euphorie de les avoir retrouvés vivants" après tous les efforts fournis.