Autriche : le chancelier livre des pizzas mais la sauce ne prend pas

  • A
  • A
Autriche : le chancelier livre des pizzas mais la sauce ne prend pas
Christian Kern, qui s'est distingué depuis son arrivée au pouvoir par une communication très active, a endossé le rôle d'un livreur de pizzas pour aller à la rencontre des citoyens.@ Capture d'écran
Partagez sur :

Christian Kern, qui s'est distingué depuis son arrivée au pouvoir par une communication très active, a endossé le rôle d'un livreur de pizzas pour aller à la rencontre des citoyens.

"Je suis le nouveau livreur de pizza, je voulais vous surprendre". Le chancelier autrichien dans le rôle de livreur de pizza le temps d'un soir a suscité l'étonnement, mais aussi l'embarras et les moqueries devant cette tentative de cultiver sa popularité.

Une courte vidéo mise en ligne mercredi et montrant le social-démocrate Christian Kern sonnant à la porte de ses administrés en uniforme de livreur, carton fumant à la main, puis s'invitant dans les foyers pour discuter avec ses concitoyens est devenue virale en quelques heures.

"J'ai eu l'idée de venir chez vous". "Je veux savoir ce qui préoccupe les gens et ce qu'ils attendent des hommes politiques", y explique le chef de l'exécutif de 51 ans. "Malheureusement, personne ne vient me voir à la Chancellerie... Alors j'ai eu l'idée de venir chez vous", explique cet ancien patron des chemins de fer nationaux qui s'est distingué depuis son arrivée au pouvoir, il y a un an, par une communication très active.

Mais des critiques ont rapidement surgi reprochant au chef du gouvernement et au parti social-démocrate (SPÖ), dont il est le chef, d'avoir mis en scène la séquence, notamment avec le premier "client" qui serait un fonctionnaire du SPÖ. Georg Niedermuehlbichler, l'un des responsables du parti, a assuré jeudi qu'aucune des personnes livrées n'était au courant de la visite du chancelier.
"Ils étaient tous surpris. Vous le voyez clairement sur leur visage", a-t-il rétorqué, soulignant que la video avait comptabilisé 500.000 vues.

Une "mise en scène embarrassante". "Mise en scène", ont également réagi les conservateurs de l'ÖVP avec lesquels le SPÖ gouverne dans une grande coalition. L'extrême-droite FPÖ, au coude à coude avec les sociaux-démocrates dans les sondages, a jugé tout cela "embarrassant". Le SPÖ a inauguré avec cette video une campagne sur internet auprès de l'électorat autrichien, interprétée par certains observateurs comme le signe de possibles législatives anticipées avant l'échéance prévue de 2018.