Autriche : évoquant les migrants, un ministre utilise un terme faisant référence au nazisme

  • A
  • A
Autriche : évoquant les migrants, un ministre utilise un terme faisant référence au nazisme
Herbert Kickl (à gauche) a suscité jeudi la polémique. @ AFP
Partagez sur :

Le nouveau ministre de l'Intérieur a suscité la polémique en proposant de cantonner les demandeurs d'asile de façon "concentrée" dans des centres dédiés. 

Le nouveau ministre autrichien de l'Intérieur Herbert Kickl (FPÖ, extrême droite) a suscité jeudi la polémique en proposant de cantonner les demandeurs d'asile de façon "concentrée" dans des centres dédiés, un terme interprété comme faisant écho aux camps de concentration nazis.

Intervenant lors d'une conférence de presse à Vienne, Herbert Kickl a plaidé pour la création d'une "infrastructure adaptée qui permettra de cantonner de façon concentrée en un lieu ceux qui ont engagé une procédure de demande d'asile". Interrogé par des journalistes sur l'emploi du terme "concentré", Herbert Kickl a assuré n'avoir "en aucun cas eu l'intention de provoquer", proposant comme alternative la périphrase "regrouper des gens en un espace".

Pour un essayiste de gauche, "le Rubicon a été sorti". Le propos, tenu par un responsable d'un parti créé par d'anciens nazis, a déclenché une avalanche de réactions. Le responsable de l'ONG d'aide au migrants SOS Mitmensch, Alexander Pollak, a évoqué une "provocation délibérée", l'essayiste de gauche Robert Misik estimant que "le Rubicon a été franchi". Les Verts ont manifesté leur "refus que le langage du national-socialisme se faufile dans notre façon de penser". Le journal populaire Kronen Zeitung, peu suspect de sympathies pour les migrants, a lui-même relevé "le choix d'un mot compliqué". Le Parti social-démocrate a pour sa part dénoncé "un terme minable et indécent".

Le vice-chancelier, également coutumier de sorties polémiques. Entré en fonctions mi-décembre, le gouvernement du chancelier conservateur Sebastian Kurz comporte six portefeuilles FPÖ, dont les ministère régaliens de l'Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères. Le FPÖ souhaite la fin des allocations financières pour les demandeurs d'asile et leur regroupement dans des centres gérés par l'État où ils ne bénéficieraient que de nourriture et d'une aide matérielle. Début janvier, le vice-chancelier Heinz-Christian Strache, patron du parti, avait suggéré que les demandeurs d'asile soient cantonnés dans des "casernes", avec interdiction de sortie à partir d'une certaine heure. Il avait par la suite assuré que ses propos avaient été "surinterprétés".

"La façon dont nous employons les mots et les formules n'est pas innocente". Le président de la République Alexander Van der Bellen, dans un communiqué publié après les déclarations de Herbert Kickl mais n'y faisant pas explicitement référence, a appelé jeudi à "la vigilance dans l'emploi de la langue". "La façon dont nous employons les mots et les formules n'est pas innocente", a relevé le chef de l'État. Dans la matinée, avant les déclarations de Herbert Kickl, des survivants du camp nazi de Mauthausen avaient "solennellement mis en garde contre le nationalisme et l'extrémisme de droite, notamment au vu des tendances xénophobes du programme du gouvernement" autrichien. Mercredi, la communauté juive de Vienne avait réitéré son refus de tout contact avec des représentants du FPÖ, soulignant la proximité de certains membres de ce parti avec des cercles néonazis et révisionnistes.

Un fait similaire, début janvier, en Allemagne. En Allemagne voisine, un député européen élu du parti conservateur bavarois avait provoqué une polémique début janvier en affirmant qu'il fallait trouver "une solution définitive à la question migratoire", un terme perçu comme apparenté à la "solution finale" préconisée par les nazis.