Australie : un patron du fisc épinglé dans une escroquerie massive à l'impôt

  • A
  • A
Australie : un patron du fisc épinglé dans une escroquerie massive à l'impôt
Au cœur de l'escroquerie, se trouvait selon la police un prestataire de gestion de paie externalisée. (Photo d'illustration)@ WILLIAM WEST / AFP
Partagez sur :

Neuf personnes sont soupçonnées d'avoir mis en place l'une des plus grandes escroqueries en col blanc de l'histoire australienne.

Tel père, tel fils. La police australienne a démantelé mercredi une gigantesque escroquerie qui aurait permis de détourner 165 millions de dollars australiens d'impôts, environ 110 millions d'euros, et dans laquelle sont impliqués un des patrons du fisc et son fils. 

Vaste coup de filet. Mercredi, dans l'État de Nouvelles-Galles du Sud, neuf membres présumés de ce réseau soupçonné d'avoir mis en place l'une des plus grandes escroqueries en col blanc de l'histoire australienne ont été arrêtés. Le commissaire adjoint du fisc australien (ATO), Michael Cranston, a été inculpé pour abus de pouvoir et risque cinq ans de prison. Il n'est pas soupçonné d'être directement impliqué dans la fraude mais il aurait divulgué des informations classifiées à son fils Adam, considéré, lui, comme un des cerveaux de cette fraude.

Deux avions, des armes et du vin. "On pense que 165 millions de dollars australiens ont été détournés", a déclaré jeudi lors d'une conférence de presse Leanne Close, de la police fédérale australienne. Elle a expliqué que cette escroquerie ne servait vraisemblablement qu'à financer le train de vie fastueux de ses auteurs présumés. Les policiers ont procédé dans le cadre de leur enquête à la saisie de 15 millions de dollars australiens en liquide (10 millions d'euros), de deux avions, 18 biens immobiliers, 24 voitures anciennes ou de luxe, des armes, des œuvres d'art et des bouteilles de grands vins.

Au cœur de l'escroquerie, se trouvait selon la police un prestataire de gestion de paie externalisée. Cette société s'occupait des salaires d'entreprises tiers au travers d'une cascade de structures contrôlées par les escrocs présumés. Ce sont ces structures qui ne versaient qu'une fraction de l'impôt dû à l'ATO. Le restant terminait dans les poches des escrocs au travers d'une autre série de sociétés et de trusts. "Il semble que le fils de Michael Cranston lui ait demandé de pouvoir accéder à certaines informations", a déclaré Leanne Close, ajoutant qu'à ce stade, la police ne pensait pas qu'il était au courant de la fraude.