Australie : le projet d'attentat contre un avion était téléguidé par l'EI

  • A
  • A
Australie : le projet d'attentat contre un avion était téléguidé par l'EI
Le projet d'attentat visait un avion de la compagnie Abou Dhabi Etihad en partance de Sydney@ WILLIAM WEST / AFP
Partagez sur :

"Les instructions venaient d'un membre important de l'État islamique", "un commandant", a déclaré le commissaire-adjoint de la police fédérale australienne. Ce contact aurait expliqué aux suspects comment fabriquer la bombe.

Des Australiens accusés d'avoir projeté de poser une bombe à bord d'un avion de la compagnie d'Abou Dhabi Etihad en partance de Sydney, puis d'avoir envisagé un attentat au gaz toxique, étaient téléguidés de l'étranger par le groupe État islamique (EI), a affirmé vendredi la police.

Quatre suspects. Les suspects auraient dû introduire un engin explosif improvisé (IED) à bord d'un vol du 15 juillet, mais l'engin n'a pas franchi l'étape du check-in à l'aéroport et la tentative a avorté. Deux hommes ont été inculpés dans cette affaire pour avoir préparé ou projeté "un acte terroriste". Un autre est toujours en garde à vue tandis qu'un quatrième a été relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. "

Un deuxième projet d'attaque chimique. Après l'échec du premier projet d'attentat, les suspects ont envisagé de mettre au point un "engin pour diffuser" du sulfure d'hydrogène, un gaz inflammable et toxique, souvent mortel, a détaillé Michael Phelan, commissaire-adjoint de la police fédérale australienne. Mais ce projet-là en était à un stade peu avancé. 

Le projet d'attentat au gaz toxique ne visait pas forcément un avion, mais des lieux fréquentés en général. "Ils parlaient d'espaces bondés et fermés, potentiellement les transports publics, etc...", a dit le policier. Mais les suspects "étaient très loin d'avoir fabriqué un tel engin". 

"Les instructions venaient d'un membre important de l'État islamique". "Les instructions venaient d'un membre important de l'État islamique", "un commandant" de cette organisation djihadiste se trouvant à l'étranger, a déclaré le commissaire-adjoint. Les échanges avec l'EI ont commencé en avril. Si la police s'est refusée à préciser l'identité ou la nationalité du commandant du groupe terroriste, elle a expliqué qu'il aurait été présenté aux suspects via un membre de leur famille, lequel serait un haut responsable de l'EI en Syrie. 

L'engin explosif était opérationnel. Le groupe djihadiste a envoyé aux suspects les composants d'un IED via les services de fret international, à partir de la Turquie.  Puis le responsable de l'EI leur a expliqué comment fabriquer la bombe avec les composants - "de puissants explosifs de qualité militaire" -, qui auraient "provoqué des dégâts significatifs". "Avec l'assistance de ce commandant [de l'EI], les accusés ont assemblé l'engin explosif, et nous pensons que l'IED était opérationnel et qu'il devait être placé sur ce vol" d'Etihad, a déclaré l'enquêteur.

"L'un des complots les plus sophistiqués". L'engin - dissimulé dans un appareil de cuisine - "n'a pas franchi l'étape de l'enregistrement", peut-être parce que le bagage dans lequel il se trouvait avait été jugé trop lourd. Pour Michael Phelan, il s'agit de "l'un des complots les plus sophistiqués jamais tentés en territoire australien".

Un niveau de sécurité relevé. La sécurité a été renforcée aux aéroports australiens après l'arrestation des quatre hommes à Sydney samedi. L'Australie participe à la coalition internationale emmenée par Washington qui mène des raids aériens contre l'EI en Irak et en Syrie depuis l'été 2014.