Aurora: Obama "pleure" avec les familles

  • A
  • A
Aurora: Obama "pleure" avec les familles
Le président américain doit rencontrer dimanche à Aurora les familles des victimes de la tuerie de vendredi.@ REUTERS
Partagez sur :

Le président américain a rencontré les familles des victimes de la tuerie de vendredi.

"Tout le pays pense à vous." Barack Obama a rencontré dimanche les familles des 12 personnes tuées lors d'une fusillade dans un cinéma vendredi à Aurora, dans le Colorado. Le président des États-Unis, visiblement très ému, a révélé avoir "embrassé" les familles des victimes et "pleuré" avec elles pendant les plus de deux heures qu'il a passé en leur compagnie dans l'hôpital universitaire de cette banlieue de Denver.

Le président, qui a aussi rendu visite à des blessés en soins intensifs dans le même établissement, a évoqué "ces jeunes qui, il y a deux jours, n'étaient pas certains de s'en sortir, et maintenant leurs yeux sont ouverts, ils parlent, et cela vous rappelle que même dans les jours les plus sombres, la vie continue". "Tout le pays pense à vous", a-t-il ajouté à l'adresse des habitants d'Aurora. "Le pays tout entier priera et se recueillera aujourd'hui", dimanche.

Barack Obama a salué le comportement de chacun :

La campagne provisoirement suspendue

Barack Obama avait suspendu de facto sa campagne en vue de la présidentielle du 6 novembre après le drame - son adversaire républicain, Mitt Romney, avait fait de même. Le président américain avait évoqué une "tragédie" qui rappelle "ce qui nous unit en tant qu'Américains". Mais la campagne devrait reprendre ses droits dès lundi.

L'identité des 12 victimes a été rendue publique dimanche. La plupart des morts sont âgés d'une vingtaine ou d'une trentaine d'années, la plus âgée ayant 51 ans, selon les services de médecine légale. La plus jeune est Veronica Moser-Sullivan, une fillette de six ans, dont la mère a été blessée par balles à la nuque et à l'abdomen et se trouve dans un état critique à l'hôpital.

Une fusillade préparée de longue date

La visite de Barack Obama intervient alors que la police a affirmé à plusieurs reprises que le tueur présumé James Holmes semble avoir préparé la fusillade depuis plusieurs mois. Le chef de la police d'Aurora, Dan Oates, a déclaré que James Holmes avait reçu chez lui un grand nombre de colis ces quatre derniers mois, ce qui pourrait expliquer comment il a obtenu l'important stock de munitions utilisé pendant la tuerie. "Ce que nous voyons là est, à mon sens, la preuve qu'il y a eu préméditation et une réflexion de sa part", a-t-il dit.

La police a toutefois démenti des rumeurs de presse évoquant un complice, un de ses camarades doctorant en médecine, qui aurait aidé James Holmes dans sa folie meurtrière et appelé la police en menaçant de sévir s'il n'était pas libéré.

James Holmes, qui est détenu à l'isolement, comparaîtra pour la première fois lundi devant un tribunal local.