Le ministère de la Défense a assuré vendredi après-midi qu'il n'y avait "aucun combat à Diabali à cette heure", au moment où des sources au Mali faisaient état de la reprise de cette ville du centre du pays aux combattants islamistes.

"Il n'y a aucun combat à Diabali à cette heure", a-t-on indiqué au ministère peu avant 17h30 à Paris, laissant entendre que la ville n'avait pas encore été reprise. Peu auparavant une source sécuritaire régionale avait confirmé les dires d'une élue de la ville selon laquelle Diabali était désormais sous le contrôle des forces françaises et maliennes.