Au sommet du G7 en Sicile, Donald Trump isolé sur le fond comme sur la forme

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour son premier sommet du G7 vendredi en Sicile, Donald Trump est apparu isolé, notamment sur la question du climat.

Donald Trump fait cavalier seul. Présent à son premier sommet du G7, qui réunit les sept plus grandes puissances du monde samedi à Taormine, en Sicile, le président américain est apparu isolé, tant sur les dossiers de fond qu'au moment de réaliser la photo de famille.

La photo à 7 retardée par Trump. Vendredi matin, Donald Trump est allé jusqu'à faire bande à part, et de manière ostensible. Alors que les six autres chefs d'États déambulaient dans les rues de la petite station balnéaire italienne, Donald Trump s'est fait attendre. Le chef d'État américain est arrivé avec plusieurs minutes de retard, et sans se presser, pour rejoindre ses homologues. Pourtant, cette déambulation était le seul moment où les sept dirigeants pouvaient afficher une image d'unité. Les sept chefs d'États ont finalement pu poser tout sourire devant les caméras.

g7 1280

Crédit photo : MIGUEL MEDINA / AFP

Un chef d'État isolé sur plusieurs dossiers. Cette image est révélatrice de l'ambiance à la table des négociations. Le président américain est en effet aussi isolé sur plusieurs des dossiers abordés lors du G7. Si les sept puissances entendent réaffirmer leur unité, notamment sur la lutte contre le terrorisme, les sujets de contentieux sont nombreux. À commencer par celui sur la question du climat : les États-Unis réfléchissent toujours à maintenir leur présence ou non dans l'accord de Paris. 

Emmanuel Macron compte d'ailleurs sur ce sommet, qui se poursuit samedi, pour convaincre Donald Trump que la lutte contre le réchauffement climatique est aussi une chance pour l'économie planétaire. Autres sujets de dissensions : le commerce international et la politique de sanctions vis à vis de la Russie. Les diplomates français reconnaissent que le nouveau président américain, après Barack Obama, arrive avec de "nouvelles positions" : une manière polie pour dire qu'avec Donald Trump, les négociations sont plus compliquées.