Au Brésil, le Mondial 2014 sera arrosé

  • A
  • A
Au Brésil, le Mondial 2014 sera arrosé
@ REUTERS
Partagez sur :

La vente de bière sera autorisée dans les stades. Non pour favoriser un climat festif mais pour un sponsor.

La nouvelle va sans doute rassurer des milliers de fans de football, inquiets à l’idée de se rendre sous les chaleurs brésiliennes sans pouvoir déguster une petite mousse.... La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a promulgué mercredi une loi autorisant la vente de bière dans les enceintes sportives pendant la Coupe du monde 2014. Mais si le Brésil fait une telle entorse à sa "loi Evin", c’est avant tout pour satisfaire l’un des principaux sponsors de la compétition, un certain Budweiser.

Une exception dans les stades

Au Brésil, la loi interdit la vente de bière dans les stades de tout le pays pendant les matches de football. Mais la loi promulguée par le gouvernement brésilien instaure une exception : la bière sera autorisée pendant la Coupe des Confédérations en 2013 et la Coupe du monde en 2014.

"Le texte supprime l'article du statut du supporteur qui interdisait la vente et la consommation de boissons alcoolisées dans les stades", a confirmé mercredi le ministère des Sports.

Le football s’arrange avec les lois

Si le Brésil a fait une telle entorse à sa législation, ce n’est pas de son propre chef mais avant tout pour répondre aux demandes de la Fédération internationale du football (Fifa). Cette dernière, qui est le vrai organisateur du Mondial 2014, a signé de très juteux contrats publicitaires avec des sponsors devenus officiels.

L'Américain Budweiser est l’un d’entre eux et il acceptait très mal de devoir débourser des millions sans pouvoir s’afficher ni être consommé dans les stades. La Fifa a donc mené une intense campagne de lobbying pour inciter le Brésil à revoir sa législation, avec succès : l’élu du peuple a cédé devant les intérêts économiques. Si les assoiffés du houblon seront ravis de la nouvelle, une telle volte-face juridique ne va pas redorer le blason de la Fifa, déjà minée par de forts soupçons de corruption à répétition.