Attentats : le point sur les arrestations de la semaine

  • A
  • A
Attentats : le point sur les arrestations de la semaine
Le 3e kamikaze de l'aéroport de Bruxelles est toujours activement recherché. @ HANDOUT / BELGIAN FEDERAL POLICE / AFP
Partagez sur :

Neuf personnes ont été arrêtées cette semaine en Belgique, mais pas toutes dans l'enquête sur les attentats de Bruxelles. Europe 1 fait le point. 

L'ESSENTIEL

Neuf personnes ont été arrêtées cette semaine en Belgique : six ont été appréhendées dans l’enquête sur les attentats de Bruxelles, et trois dans celle concernant le projet d'attentat déjoué en France. Le parquet fédéral belge a annoncé samedi l’inculpation de trois individus pour meurtres terroristes. Parmi eux, "Faycal C." serait, selon les médias belges, le troisième kamikaze de l’aéroport de Bruxelles, parti après avoir déposé un sac contenant une charge explosive. 

Les arrestations en lien avec les attentats de Bruxelles

Six personnes ont été appréhendées jeudi dans la capitale belge. Aucun détail n’a été fourni sur les identités de cinq personnes et la sixième a été présentée samedi par le parquet belge comme "Fayçal C."

  • "Faycal C." (nommé "Fayçal Cheffou" selon les médias belges) a été placé en détention jeudi à Bruxelles et inculpé vendredi de participation aux activités d'un groupe terroriste, ainsi que de meurtre terroriste et tentative de meurtre terroriste. Aucune arme ni explosif n’ont été retrouvés lors de la perquisition chez lui. Il pourrait être le troisième kamikaze des attentats de l’aéroport, l’homme portant un chapeau sur les images de vidéosurveillance. Selon le média belge Le Soir, le chauffeur de taxi qui a conduit les terroristes à l’aéroport l'aurait reconnu. Le parquet belge n’a pas confirmé que "Fayçal C." serait "l’homme au chapeau", mais c’est une hypothèse étudiée par les enquêteurs. Il s’agit du premier suspect inculpé en lien avec les attentats de Bruxelles.

  • Deux hommes auraient été arrêtés en Allemagne cette semaine, soupçonnés d’être liés aux auteurs des attentats de Bruxelles, selon Der Spiegel mais les autorités allemandes n’ont pas confirmé l’information. L’un d’eux aurait eu dans son téléphone deux SMS suspects : le nom de Khalid El Bakraoui apparaissait dans un des messages, et le mot français "fin" dans le second. Ce dernier aurait été envoyé à 09h08 le 22 mars, au moment exact des attentats de Maelbeek, dans lequel Khalid El Bakraoui est mort. Selon la chaîne ARD cité par La Libre Belgique, il s'agit d'un Marocain de 28 ans qui a été arrêté lors d'un contrôle de police de routine. 

Les arrestations en lien avec le projet d’attentat déjoué en France

Trois suspects ont été interpellés vendredi en Belgique dans le cadre de l’enquête sur l’attentat déjoué en France. Un quatrième homme, Reda Kriket, a été appréhendé à Argenteuil, en France, dans la nuit de jeudi à vendredi. 

  • Rabah N. - présenté dans un premier temps comme Salah A. -, a été arrêté vendredi à Bruxelles dans le cadre de l’enquête franco-belge - distincte de celle sur les attentats de Bruxelles - sur un projet d’attentat déjoué en France. Il a été inculpé par la justice belge samedi du chef de participation aux activités d’un groupe terroriste. 

  • Abderamane A., interpellé à un arrêt de tramway vendredi à Bruxelles, est toujours détenu par les autorités belges. La privation de liberté de ce suspect a été prolongée de 24 heures samedi.

  • Tawfik A., arrêté vendredi à Bruxelles, a été remis en liberté samedi après audition approfondie par la police belge.

  • En France, Reda Kriket a été interpellé dans la nuit de jeudi à vendredi à Argenteuil. Ce Français préparait un attentat "à un stade avancé" selon les autorités.  

A ce jour, aucun lien n’a été établi entre les attentats de Bruxelles et le projet d’attentat déjoué en France.

Les autres inculpations pour terrorisme en Belgique

  • Aboubakar A., arrêté jeudi à Bruxelles, a été inculpé samedi du chef de participation aux activités d’un groupe terroriste, mais sans lien direct avec les attentats, a précisé le parquet fédéral belge samedi à l'AFP. La personne qui l’accompagnait lorsqu’il a été interpellé a été remise en liberté après avoir été auditionnée.