Attentats : Israël réserve sa réponse

  • A
  • A
Attentats : Israël réserve sa réponse
Partagez sur :

L’État hébreu accuse l'Iran d'être responsable des attentats de lundi et mardi.

La tension est à son comble entre l'Iran et Israël. Au lendemain des attentats survenus contre les ambassades israéliennes en Inde et en Géorgie, des explosions ont été entendues mardi dans un quartier résidentiel de Bangkok, en Thaïlande. Un homme, vraisemblablement de nationalité iranienne, a été blessé lors de ces attaques.

Immédiatement, le gouvernement israélien a lié ces événements aux attentats survenus la veille, pointant du doigt Téhéran.

L'Iran, "le plus grand exportateur du terrorisme"

Lundi, le gouvernement de Benjamin Netanyahu avait imputé à l'Iran les attentats à la bombe survenus à New Dehli et Tbilissi, qui ont fait quatre blessés dont une diplomate de 42 ans. L'Etat israélien voit dans ces attaques la marque du régime de Mahmoud Ahmadinejad ou de ses "supplétifs" du Hezbollah, ce que Téhéran dément. "L'Iran, qui est à l'origine de ces attentats, est le plus grand exportateur de terrorisme au monde", a déclaré le chef du gouvernement israélien.

Les attentats survenus mardi interviennent dans un climat déjà glacial entre les deux pays. Le gouvernement israélien accuse depuis des mois l'Iran d'être en train de se doter de l'arme nucléaire. Un débat quotidien oppose dans le pays les partisans et les adversaires de frappes sur les installations iraniennes.

Israël va-t-il attaquer ?

Pourtant, plusieurs experts ne croient pas encore à une réplique d'Israël.  

"Je ne crois pas à une riposte d'Israël à ces attentats. Sa priorité actuellement est d'enquêter pour prouver l'implication de l'Iran", a déclaré Boaz Ganor, directeur du Centre interdisciplinaire de Herzliya pour la lutte antiterroriste.

"Nous estimons que Téhéran est derrière les dernières attaques car le modus operandi utilisé à New Delhi et Tbilissi est le même que celui utilisé lors des assassinats récents de scientifiques iraniens : un objet magnétique attaché à l'arrière d'une voiture. C'est une façon pour l'Iran de poser sa signature sur les attentats et d'envoyer ainsi un message de dissuasion à Israël", a-t-il ajouté.

Condamnation de la communauté internationale

Selon le quotidien israélien Haaretz, le secrétaire d’État américain à la Défense, Leon Panetta, ne croit pas non plus en l'imminence des frappes. Les États-Unis et la communauté internationale ont toutefois condamné les attentats survenus lundi.

Pour la diplomatie américaine, "ces incidents surviennent dans la foulée de tentatives d'attentat déjouées et qui visaient Israël et les intérêts occidentaux". "Il semble qu'il y ait une augmentation de ce type d'actes de violence. Nous sommes préoccupés à ce sujet. Certains de (ces actes) ont été liés à l'Iran", a fait savoir la porte-parole du département d’État Victoria Nuland.