Attentats de Paris et Bruxelles : deux hommes inculpés pour avoir aidé Mohamed Abrini

  • A
  • A
Attentats de Paris et Bruxelles : deux hommes inculpés pour avoir aidé Mohamed Abrini
@ AFP
Partagez sur :

Ils sont soupçonnés par la justice britannique d'avoir aidé financièrement Mohamed Abrini, le Belgo-Marocain suspecté d'avoir été impliqué dans les attentats.

Deux hommes ont été inculpés par un tribunal londonien pour avoir aidé financièrement Mohamed Abrini, le Belgo-Marocain soupçonné d'avoir été impliqué dans les attentats de Paris et Bruxelles. Mohammed Ali Ahmed, 26 ans, et Zakaria Boufassil, 26 ans, de Birmingham, dans le centre de l'Angleterre, comparaissaient devant le tribunal de Westminster à Londres. Ils avaient été arrêtés le 15 avril avec trois autres personnes dans le cadre "d'une vaste enquête menée par l'unité de contre-terrorisme de la police des West Midlands", avait alors annoncé la police.

Abrini, soupçonné d'être le logisticien des attaques de Paris. Mohamed Abrini, 31 ans, arrêté le 9 avril, a été inculpé pour les attentats de Bruxelles et Paris. Il a reconnu être l'homme au chapeau qui accompagnait les deux kamikazes qui se sont fait exploser le 22 mars à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem faisant 32 morts. Il est également soupçonné d'être le logisticien des attaques de Paris du 13 novembre (130 morts). Abrini avait été filmé en compagnie de Salah Abdeslam, l'avant-veille des attentats de Paris, dans une station-service de l'Oise (nord de Paris). Les deux hommes circulaient dans une voiture utilisée ensuite pour convoyer des membres des commandos.

Un troisième homme inculpé. Un troisième personne, Soumaya Boufassil, 29 ans, a également été inculpée vendredi par le tribunal de Westminster pour collecte de fonds liés au terrorisme. Zakaria Boufassil est accusé d'avoir "passé un accord le 7 juillet 2015 ou avant" avec Mohammed Ali Ahmed à la suite duquel "de l'argent ou d'autres biens" ont été mis à disposition d'Abrini. Les deux hommes "savaient ou avaient des raisons de soupçonner que cela serait utilisé à des fins de terrorisme", selon la police